IMAGES







Recherche

Inscription à la newsletter


Achat livres

Les livres de
Claude Ber sont
accessibles
sur internet.
Pour accéder aux
achats en ligne
cliquer sur
sur les icônes
de couverture
des livres.

cb
09/02/2011


L'invité du mois

Patrick DUBOST



BIBIBLIOGRAPHIE

Après des études de mathématiques et de musicologie, Patrick Dubost a publié au fil des années une trentaine de livres en poésie (et deux CD) qui, tout en jouant dans les yeux, demandent à être lus à voix haute. Ce travail sur l'oralité l'a conduit vers la performance, mais aussi aux rencontres avec le théâtre, le théâtre d’objets, la marionnette ou les univers musicaux (instrumentistes ou électro-acoustiques). Il intervient régulièrement en lectures publiques (ou lectures / performances) en France mais aussi ces dernières années au Québec (Montréal, Chicoutimi, Québec), ou encore à Tirana, Sidi Bou Saïd, Buenos Aires, Bruxelles, Monza, Genève, Athènes, Londres, Gênes, Beyrouth, Zagreb...

Lien vers des articles :
http://poezibao.typepad.com/poezibao/2016/09/note-de-lecture-patrick-dubost-13-po%C3%A8mes-taill%C3%A9s-dans-la-pierre-par-b%C3%A9atrice-machet.html
http://www.sitaudis.fr/Parutions/le-corps-du-paysage-de-patrick-dubost-.php
http://www.lepoing.net/aujourdhui-cest-poesie-patrick-dubost/
http://www.sitaudis.fr/Parutions/oeuvres-poetiques-ii-de-patrick-dubost.php

Site :
http://patrick.dubost.free.fr


Biblio :

Dernières publications :

— 13 poèmes taillés dans la pierre, Edition La Boucherie Littéraire, 2016
— Juste un mot, Editions Les Lieux Dits, 2015
— Tombeaux perdus, Editions La Rumeur Libre, 2014
— Ego Non Sum Sed Vos Amo, Editions Color Gang, 2014
— Oeuvres poétiques (tome 2), Editions La Rumeur Libre, 2013
— Mélancolie douce, Editions La Rumeur Libre, 2013
Prix J.J. Lerrant des Journées d’auteurs de théâtre
— Oeuvres poétiques (tome 1), Editions La Rumeur Libre, 2012
— ) dans la neige (, Editions La Rumeur Libre, 2011
— Les Neuf Coriaces, Editions Color Gang, 2010
— ) le corps du paysage (, Editions La Rumeur Libre, 2008
— Jonas Orphée, Editions Color Gang, 2007
— Le Manifeste pour un Théâtre Moderne, Editions Color Gang, 2004

Publications CD :
— La parole immobile, avec Bernard Fort, GMVL, mini-CD, 2007
— L’archéologue du futur, Editions GMVL, 2004


EXTRAITS

Un poème extrait des “Treize poèmes taillés dans la pierre”, édition La Boucherie Littéraire, 2016 :

12

On

existe
un peu
plus
quand
on existe
un peu moins
dit un insecte
occupé à courir
sur ma main on a tous
comme cela des créatures
gravées ici ou là un
corps à peine et des bêtes
qu’on dirait inaudibles elles
nous fabriquent des souvenirs
des films projetés et muets sur nos
mains avec lesquelles
nous éclairons quelque sujet
métaphysique tout en jouant de
douceurs ou d’images à peine formulées
car on existe un peu moins
quand on existe un peu trop
dit un nouvel insecte
qui depuis un moment vole sans but précis.



Un passage de “Juste un mot”, éditions Les Lieux Dits, 2015 :

...

Faut-il descendre dans la parole, avec des outils de jardinier ou de sculpteur, pour trouver un jour ce mot au centre de tous les mots ?

Ce mot qui fait silence au cœur des images.

Ce mot qui n’a toujours pas de nom.

Qui ne trouvera jamais son nom.

Ce mot qui n’est le nom d’aucun mot.

Ce nom qui n’est le mot d’aucun nom.

Ce mot sans nom.

Sans histoire.

Sans rien à glisser sous l’image.

Sans faire d’histoire.

Sans rien de poétique.

Il le dit lui-même.

Sans même une sonorité.

Ce mot sans même la musique.

Quand on en serait encore à chercher la musique sous l’image, se disant que plus tard, peut-être.

Se disant que plus tard on aura encore la seconde moitié d’une vie pour chercher plus loin.

Dans un cimetière aux mille portraits.

Un fatras dans lequel tout finit par s’entendre.

Un fatras qu’il nous faut ramener en deux dimensions.

Une partition, confuse, dont le texte explicatif est perdu.

Flottante un peu comme un souvenir dont le texte est perdu.

Les allées d’un cimetière qui s’entremêlent indéfiniment jusqu’à se confondre sur l’horizon.

J’ai perdu la partition d’une vie.

Avec certains de mes souvenirs, tombés de mes poches, en marchant.

J’ai perdu toute une vie à tenter de l’écrire en partition.

Mais je n’ai rien perdu à tenter d’écrire ma vie.

J’ai écrit ma vie entre les silences.

J’ai sculpté une vie étayée de silences.

J’ai fait de ma vie un grand silence.

Sculpté.

Bien défini.

Parfois bruyant.

J’ai fait de ma vie un seul mot tout en silence.

...


Un extrait de “Tombeaux perdus”, éditions La Rumeur Libre, 2014 :


...

Ai-je lutté pendant des siècles contre la folie ? Avec du sang dans les bronches ? Du sang dans les yeux ? Du sang dans les oreilles ?

Suis-je celui qui écoute ou celui qui parle ? Suis-je comme deux hommes en un seul ? Ou quatre hommes qui font deux ? Suis-je comme la multitude en un seul ? Suis-je celui qui écoute, avec étonnement, toujours, celui – ou ceux ? – qui parlent au sortir de sa bouche ?

Suis-je celui qui habite avec sa vieille mort dans le jardin du fond des os ?

Suis-je celui qui joue avec trois os au fond du jardin ?

Suis-je celui qui restitue ce qui se dit de la fin des temps doucement dans les os de son oreille interne ?

Qui me dira le nombre de mes bouches ?

En ai-je au moins deux ? Qui me dira si j'ai autant – ou plus ? – ou moins ? – de bouches que d’oreilles ?

1.
Est-ce ?
Est-ce que ?
Est-ce que l’avenir ?
Est-ce que l'avenir s'arrête ?
Est-ce que l'avenir s'arrête un jour ?




Un extrait de “Mélancolie douce”, Editions La Rumeur Libre, 2013 :



...

La parole qui nous est donnée
 est une parole théâtrale mais
 comptée bizarrement et 
 coupée tout de travers.
Nos corps aussi nous les 
 couperons de travers et
 compterons avec eux
 les rythmes syncopés
 d’une mélancolie douce.
Nous serons des personnages
 peut-être du bout des doigts
 ou d’un bout de la voix
 tandis qu’à l’autre bout
 nous oublierons tout de
 ce qui nous fait parler
 comme une seule entité.
Nous irons d’une seule voix
 tout en étant plusieurs
 et jamais ne perdrons
 notre vouloir intime.
Je souffle dans l’oreille
 de celle qui me suit
 qui elle-même soufflera
 dans d’oreille de
 celle qui la suivra
 et de fil en aiguille
 jusqu’au bout de tout au bout
 de la nuit qui fait suite à la nuit.
Quelle est donc cette voix
 qui se démultiplie
 et dit à plusieurs voix
 ce que dit par une seule ?

...


Un extrait de “EGO NON SUM SED VOS AMO”, aux éditions Color Gang, 2007 :

...

J'ai la chance d'avoir un crâne avec une fenêtre. Elle ouvre sur la mer. J'ai mis des rideaux. Je laisse entrer la lumière. Parfois, je ne réfléchis plus, j'écarte les rideaux. J'ouvre la fenêtre et j'entends la mer. Parfois, je sors par la fenêtre. Je m'éloigne en marchant sur la mer. Puis je me retourne. J'aperçois alors au lointain la fenêtre béante et le vent qui secoue les rideaux. Le bruit de la mer est partout. C'est ainsi que l'on pense : toujours un peu éloigné de soi.

...

Jeudi 6 Avril 2017
Lu 145 fois

Dans la même rubrique :

Bernard FOURNIER - 31/05/2017

Albertine BENEDETTO - 04/05/2017

Claudine BOHI - 28/12/2016

VAM, plasticienne - 01/03/2017

Jacqueline MERVILLE - 02/10/2016

Pascale PETIT - 28/11/2016

Jennifer K DICK - 07/09/2016

1 2 3 4 5 » ... 11

PARCOURS ET PUBLICATIONS | REVUE DE PRESSE | EXTRAITS D' OUVRAGES | TEXT TRANSLATION IN ENGLISCH, SPANISCH... | ARTICLES ET CONFERENCES | EN REVUES ET ANTHOLOGIES | ACTUALITES | INFORMATIONS DU MOIS | ATELIERS | LIBRES PAROLES















ANTHOLOGIES ET PUBLICATIONS COLLECTIVES

Je prends note
Anthologie poésie
Bipval (Biennale
des poètes en Val
de Marne) 2011
Editions
Action Poétique

Burqa ? essai,
Claude Ber,
Wassyla Tamzali,
Éd. Chèvre-Feuille
Étoilée, 2010

Couleurs Femmes
Anthologie poésie,
Éd. Castor Astral 2010

Et si le rouge
n’existait pas

Anthologie poésie,
Ed. le Temps des
cerises 2010

Voix de l’Autre
essai, Actes du
Colloque Littératures,
Université de
Clermont-Ferrand
Ed. PUF 2010

Que peut la littérature?
Ed. Calliopées 2010

La poésie érotique
française contemporaine

Textes rassemblés par
Giovanni Dotoli,
Ed. Hermann, 2011

Enfances
Anthologie
Printemps des
Poètes 2012
Ed. B. Doucey

cb
22/11/2010