IMAGES







Recherche

Inscription à la newsletter


Achat livres

Les livres de
Claude Ber sont
accessibles
sur internet.
Pour accéder aux
achats en ligne
cliquer sur
sur les icônes
de couverture
des livres.

cb
09/02/2011



L'invité du mois

Bernard POZIER



BIOBIBLIOGRAPHIE

Bernard Pozier est né à Trois-Rivières en 1955. Il est directeur littéraire des Écrits des Forges et vice-président de la Maison de la poésie de Montréal. Ses ouvrages les plus récents sont Naître et vivre et mourir, Carnets de México, Biens et maux, Agonique agenda, Post-scriptum et Le temps bouge la Terre passe. En 2012, il a reçu la Médaille de la Reconnaissance de l’État d’Aguascalientes au Mexique pour l’ensemble de ses travaux d’écriture, de traduction et de diffusion de la poésie mexicaine au Québec et, en 2013, le premier prix de calaveritas du Consulat du Mexique à Montréal.

EXTRAITS

LA VALLÉE DES MIROIRS

Si tu grimpes sur la bonne montagne
Le bon jour à la bonne heure
Tu verras que les hommes vivent en paix avec les animaux
Dans les champs
Tu verras que les arbres ouvrent les bras aux oiseaux
Sur les lacs
Et si tu te penches bien et fronces les sourcils
Tu pourras entrevoir tout au creux
Le fond secret du ciel

Si tu grimpes sur la même montagne
Le même soir à la bonne heure
Tu verras le soleil se mirer plusieurs fois
Entre les champs
Et caresser de couleurs le dos usé des montagnes
Et la crinière des plantes séchées
Et si tu te penches et fronces les sourcils
Tu pourras entrevoir tout au creux
Le fond profond de la nuit

Et parfois certains soirs
Si tu regardes avec le bon œil
Et si la magie est bonne
Au cœur de la vallée des miroirs
Tu verras le fond de toi










SAVEUR DE LA CITÉ

Entre les feuilles les écorces et les fleurs
Ce qui de couleurs tangue dans la lumière

Sur les places offertes à la faim frivole de la foule
Ce qui d’odeurs émane d’ancestral et de neuf

Au bout des branches ou bien des mains
Ce qui de fruit fleure narines pupilles et papilles

En secret dans les tympans de l’œil et du cœur
Ce qui de pierre suinte et raconte et puis grise

Tout autour en tous sens et sans cesse jamais
Ce qui de rue grouille à roue ou bien à pied

Dans la partition inventive d’un autre quotidien
Ce qui de mot en murmure chante d’inouïes musiques

Sous les miroirs des yeux et sur les chevelures d’ébène
Ce qui de sourire s’arrache à la noirceur

Sur le versant vertical de ce monde
Ce qui d’arcades et de fontaines s’élance dans l’azur

Dans le nocturne des poètes passés
Ce qui de lumineux sculpte la ville

Aux pinceaux fameux ou iconoclastes
Ce qui des murs s’envole en images

Et tout partout dans l’âme
Ce qui de bleu ciel à mort




TRADUCTION
Dans la vie ou sur la page
Comment se ressembler dans une autre langue
Quand les yeux surpris des autres
Fixés comme objectifs
Ne font pas vraiment des miroirs neutres
Mais bien des regards singuliers
Absolument subjectifs

L’écho de nos mots peut-il être le même
Alors que l’on n’use pas des mêmes sons
Pour tenter peut-être de dire la même chose
Dans des oreilles faites à d’autres vocables
Affûtées aussi à d’autres accents
Avec en tête bien d’autres référents
Étrangers nomades polysémiques

Le miroir de la page peut-il nous être fidèle
Si les lettres ont des variantes
Si l’interprétation murmure d’autres sens à nos mots
Si les lecteurs y voient d’autres réels étranges
Cachés dans les revers de leur savoir du monde
Et des outils qui forgent leur langage
Depuis toujours et pourtant mutant

Suis-je bien moi
Ou un autre dans un autre pays
Revu corrigé
Et prononcé autrement
Syllabe à syllabe
Trait par trait
Esquisse d’un portrait neuf et partition d’inédit





AMNÉSIE MAISON

Rappelle-toi

Nos clefs renieront nos serrures
Nos portes rejetteront nos corps
Nos fenêtres omettront nos reflets
Nos murs nieront nos souvenirs
Nos plafonds nous trahiront
Nos tapis partiront sous nos pieds
Nos planchers ne donneront plus l’écho de nos pas
Nos miroirs oublieront nos images
Nos meubles décrocheront la clef des champs
Nos objets divorceront à cœur fendre

Alors

Nous ne serons plus chez nous
Notre maison ne sera alors plus qu’une maison
Égarée parmi les autres maisons

Cassée

Seule
Désormais
Avec de pauvres étrangers
Totalement démunis de passé







Vendredi 22 Avril 2016
Lu 332 fois

Dans la même rubrique :

Emmanuel MERLE - 01/10/2019

Michel COLLOT - 07/09/2019

Régis LEFORT - 09/05/2019

Emmanuelle BOBLET - 06/04/2019

Fred GRIOT - 31/12/2018

Laure GAUTHIER - 20/11/2018

1 2 3 4 5 » ... 13

PARCOURS ET PUBLICATIONS | REVUE DE PRESSE | EXTRAITS D' OUVRAGES | TEXT TRANSLATION IN ENGLISCH, SPANISCH... | ARTICLES ET CONFERENCES | EN REVUES ET ANTHOLOGIES | ACTUALITES | INFORMATIONS DU MOIS | ATELIERS | LIBRES PAROLES







Les News








ANTHOLOGIES ET PUBLICATIONS COLLECTIVES

Je prends note
Anthologie poésie
Bipval (Biennale
des poètes en Val
de Marne) 2011
Editions
Action Poétique

Burqa ? essai,
Claude Ber,
Wassyla Tamzali,
Éd. Chèvre-Feuille
Étoilée, 2010

Couleurs Femmes
Anthologie poésie,
Éd. Castor Astral 2010

Et si le rouge
n’existait pas

Anthologie poésie,
Ed. le Temps des
cerises 2010

Voix de l’Autre
essai, Actes du
Colloque Littératures,
Université de
Clermont-Ferrand
Ed. PUF 2010

Que peut la littérature?
Ed. Calliopées 2010

La poésie érotique
française contemporaine

Textes rassemblés par
Giovanni Dotoli,
Ed. Hermann, 2011

Enfances
Anthologie
Printemps des
Poètes 2012
Ed. B. Doucey

cb
22/11/2010