IMAGES







Recherche

Inscription à la newsletter


Achat livres

Les livres de
Claude Ber sont
accessibles
sur internet.
Pour accéder aux
achats en ligne
cliquer sur
sur les icônes
de couverture
des livres.

cb
09/02/2011



L'invité du mois

Guillaume ARTOUS-BOUVET



Bio-bibliographie

Guillaume Artous-Bouvet, né à Paris en 1979, enseigne en classes préparatoires à Lyon. Il a notamment travaillé sur la relation entre littérature et philosophie, et sur la question de la subjectivité en littérature. Il contribue régulièrement à la revue Po&sie. Après une récriture poétique du Lancelot de Chrétien de Troyes, il écrit actuellement à partir du texte des Métamorphoses d’Ovide.

TEXTES

Début de Prose Lancelot, Po&sie, n°145-146:


Départ

Il est un arrivant, dans la salle d’été : lames d’un ciel férié, par une chèreté de langages faisant. Il est armurerie totale : rien tactile, parlant. « Qu’arthuriens demeuraient, changeables regardés. » Un serviteur est un cristal obscur, et volontaire. Il a l’idée d’un geste : relocation de celle, infuse et commercée, dans le rouet des jours. Le suivre est une procédure historiée, pour un frère second. Mais Un naît charretier, dans l’œil des fenaisons : jaune tiède carné, noueur d’hommes. Il fait lit silicieux. Une fois est de foudre, et la vie recommence : une vie séparée.


Chemin

Nommé et non nommé ne s’additionnent pas : tiennent une voie chaque, où des commencements silhouettés reviennent. Un s’en va comme un seul s’aventure: paysan enquêté. Il entre dans la chambre de plus d’une : sérialité femelle, disposée comme cire. Mais la chair lui paraît faiblement conductible. Un est un avançeur obsessif, ou détenteur d’enfance, sous la mère échiquière. Et le visage au ciel s’imprécise : dans les spasmes de lacs, Un sait une eau impure.


Dictée

La louange s’est tue. Ombre objective odore dans le pas : une fibre s’éteint sur l’ivoire. Un cherche soustraction, que fut celle. De quoi continuer, selon tenure d’est, et dans la récurrence des matins. Il y a parfois des jeux, car la vie se redit dans un rire, et denté de sang clair, circonstant. Ainsi la joie s’imite sous la règle. Mais Un est sans la joie. Il est un arpenteur, et d’œil trouvère mat : gisement chevalin, là tenant. « Qu’un dormoir use l’heure, unique qu’elle soit » : des tombes sous le cil de personne. Un s’unit, futuré, où nom s’évide sien.


Héros

Départir est de diaire : solitude gravide. Un s’avive selon la loi d’un front noueux, proche une porte incluse. C’est force chanteresse, qu’Un sait : nutri de bouche fée, refendue. Mais la mère annelée ne s’éclaire. L’oppugnance est de bois, et qui rompt sous le fer, jusqu’à des chairs cessibles. Un est Un de bataille : miroir d’homme solu, déparé. Nul voyable fait Un, ni semblable gardé. L’ombre a une tombée précise, sur la terre. Et puis la guerre parle : Un est dit, et redit par plusieurs. Il passe bouches sangues. Il est dans de la pierre maisonnée, hors de nuit.


Décision

Le jour est une décision dépassionnée. Un, qui est le jugeant, porte une fauverie de rencontre. Là quelque tutoiement l’étreint, comme à cru. Un n’est que regardé, dans l’air des comparables. Il emploie démesure. L’orgueil plie, avant tout : un œil mendiant bleuit. Puis une renouvelle, amblée et correctrice. Elle est sœur extérieure. Sa jeunesse redresse une vitesse grise, ou foulée. Des agrandies rebattent sous une âme : pitié contre largesse. Un est délibérant consolidé. Il compromet la joute : un combat recommence, et termine. La pitié d’une fois rompt la nuque inexacte.


Traversée

Un cheminant, rigide s’accompagne. L’heure descend. Est-ce la nuit qui entre dans l’eau noire ? Un fleuve roule bas, comme salinité néante. Or, quelque forgerie emparable blanchit, d’un bord indistancié à l’autre. Deux sont voyeurs, dans la débrume, loin : ils charbonnent un doute. Ils portent sur la langue une peur charpentée, bien parlante. Un nomme l’équivoque : effondreuse sur eau et sur terre. Chaque pas est fiant, devant qui. Un, traversier de sang, attable sa peau nue sur l’acier.


Nom

Un corps est opposable : fils adversé, car dans la jalousie d’un père regardant. Il fut un arrivant, dans la salle d’été. Pierre est-il à présent, qui mure blanchement l’absentée. Il se tient immué, et respire selon la densité d’un père. Il veut l’Un qu’il n’est pas. Alors, l’aube fait foule, au nombre de pupilles sans concours. La reine est hautement fenestrée. Une cavale augmente, et finit : sangliers de poussière s’égalent. Mais des mains ont été d’avance dans le sang, d’Un qui ploie. L’observance s’abat : parler faut. Un est dit : Lancelot.


Mardi 29 Mars 2016
Lu 620 fois

PARCOURS ET PUBLICATIONS | REVUE DE PRESSE | EXTRAITS D' OUVRAGES | TEXT TRANSLATION IN ENGLISCH, SPANISCH... | ARTICLES ET CONFERENCES | EN REVUES ET ANTHOLOGIES | ACTUALITES | INFORMATIONS DU MOIS | ATELIERS | LIBRES PAROLES















ANTHOLOGIES ET PUBLICATIONS COLLECTIVES

Je prends note
Anthologie poésie
Bipval (Biennale
des poètes en Val
de Marne) 2011
Editions
Action Poétique

Burqa ? essai,
Claude Ber,
Wassyla Tamzali,
Éd. Chèvre-Feuille
Étoilée, 2010

Couleurs Femmes
Anthologie poésie,
Éd. Castor Astral 2010

Et si le rouge
n’existait pas

Anthologie poésie,
Ed. le Temps des
cerises 2010

Voix de l’Autre
essai, Actes du
Colloque Littératures,
Université de
Clermont-Ferrand
Ed. PUF 2010

Que peut la littérature?
Ed. Calliopées 2010

La poésie érotique
française contemporaine

Textes rassemblés par
Giovanni Dotoli,
Ed. Hermann, 2011

Enfances
Anthologie
Printemps des
Poètes 2012
Ed. B. Doucey

cb
22/11/2010