IMAGES







Recherche

Inscription à la newsletter


Achat livres

Les livres de
Claude Ber sont
accessibles
sur internet.
Pour accéder aux
achats en ligne
cliquer sur
sur les icônes
de couverture
des livres.

cb
09/02/2011



L'invité du mois

LA FORET DES SIGNES (P7)



GERMAIN ROESZ

IMAGE: Head, Sur boîte le savoureux, 27,7x21,5cm, 2008 - 2020

TEXTES

Mardi 14 avril
Autarcie et vibrillonement
Tourne rond et pointe en avant
Embrassades et maintient à distance
Comment tu m’aimes
Comment tu m’aimeras
Comment tu m’oublies
Embrasse-moi dans le nouveau monde

Mercredi 15 avril
Un soleil froid
Céladon bleu
Comme un nuage léger
Une part de poussière
Prend une couleur mordorée
Un grain tenace
Qui brille dans la toile noire
Sous la bâche noire
Un grain d’or
Dans la paume de la main
Et le creux des yeux
Ça pétille encore
Dans le bain cosmique
D’où nous venons
Ça pétillera encore
Lorsque les grains s’aggloméreront

Cette durée est une page blanche
Une étendue de neige
Dans laquelle nous pourrions avancer
Dans laquelle nous avançons le pas des mots
Qui surgissent
Une page blanche
Qui pourrait nous réinventer
Nous approcher d’une émergence lointaine
De mots pas à pas
Ecrits dans une distance blanche
Des blancs qui auraient autant de sens
Que le mot lui-même
Qui lui confèreraient sa texture
Son écho
Sa profondeur
Des blancs de plus en plus lumineux
Des éclats de lumière
Qui viendraient du dessus et du dessous
Des blancs qui feraient exploser
Les fonctionnements physiques
Dont nous avons l’habitude
Des blancs qui dynamiteraient
Les habitudes
Et nous feraient pleuvoir les mots outragés
Découpés au chalumeau du sens
Des blancs que nous ne remplirions pas
Par peur de les pervertir
De les pourrir
Des blancs sur lesquels nous ne recomposerons pas
Les mots défaits
Des blancs qui deviendraient mots eux-mêmes
Nouveaux
Inattendus
Jusqu’à la prochaine blancheur
Qui recouvrira tout
À recommencer pour commencer toujours
En tête d’un espace qui avale et régurgite
L’ancien monde
Un blanc vierge immaculé
Que nous n’oserions fouler
Pas même une parole reconstituée
Un socle du monde à l’envers du monde
Au-delà du monde
Qu’il faudra creuser cogner agripper
Un socle blanc qui serait le monde même
Dans une forme inconnue
Indescriptible
Un blanc soclé sur du blanc
Entre le blanc et le blanc
Comme un voile à l’épaisseur infinie
Ou infime
Ce serait pareil
Et nous serions pris dans la voilure blanche de notre peau
Et nous serions le mouvement de la voile
Et dans le mouvement de la voile
Nous ferions corps avec le blanc
Jusqu’à comprendre
Que ce blanc
C’est nous qui l’avons écrit

Germain Roesz,
extrait de VracS, covinédit, avril 2020

***

Mercredi 6 mai 2020.

Soit
Il en sera ainsi
Tu ne sauras pas
Soit

Tu ne sais pas
Et cela ne changera rien
Tu sais si peu
Et cela change tout

Jeudi 7 mai 2020

Au bord de la nuque
Tout s’immobilise
Se calcifie
Un arc comme une pierre te tient de regard
Qui fait pivoter ton corps
Pour voir

Ressentir les coups
Que la chaleur progresse
Ces vertiges
Vestiges dans ta tête
Nausées qui te disent t’es vivant

Encore un mot
Qui croît en toi
Encore une phrase
Qui transporte ta durée
Encore une lumière
Qui s’adoucit quand tu l’observes
Encore un face à face
Qui ne s’effacera jamais

Tant travaillé le fleuve
Qu’il coule en toi
En silence
Dans un silex qui se grave sur ta peau

vendredi 8 mai

A traîner
Des sillons acérés
L’air ne tremble plus
Juste un oiseau en déséquilibre
Qui rogne ses ailes
Il sait s’adapter
Pour traverser le ravin qui rétrécit

Samedi 9 mai

Quelle fête bouleverse
Dans le chemin qui bascule
Faut-il rire parce qu’on nous le dit
Faut-il pleurer parce qu’on nous l’impose
Quelle fête renverse la peur

Demain comme avant
Faire tomber la peur
Demain comme hier
Secouer la poussière
Pour aérer un peu
La lumière
Je t’embrasse
Je te caresse
Je lisse tes cheveux
Je berce ta main
Après
Je ferai pareil

Dimanche 10 mai

De fines épines
Brillantes
Pointent ton regard
Font noir dans ton paysage
Pour les voir plus scintillantes


Germain Roesz
Inédit


EDMOND JABÈS

Je vous écris d'un monde pesant
Aussi belle que la main de l'aimée
sur la mer.
Aussi seule.

J'écris pour vous. La douleur est un coquillage. On y écoute
perler le cœur.

J'écris pour vous, au seuil de l'idylle, pour la plante aux feuilles
d'eau, aux épines de flammes, pour la rose d' Amour.
J'écris pour rien, pour les mots luisants que trace ma mort, pour
l'instant de vie éternellement dû.

Aussi belle que la main de l'aimée
sur le signe.
Aussi seule.

J'écris pour tous. Je vous écris d'un pays, pesant, comme les pas
du forçat, d'une ville pareille aux autres, où les cris camouflés,
se tordent dans les vitrines ; d'une chambre où les cils,
ont détruit, petit à petit, le silence.
Vous êtes, destinatrice prédestinée, ma raison d'écrire ;

l'inspiratrice joyeuse du jour et de la nuit.
Vous êtes le col du cygne assoiffé d'azur.

Aussi belle que la main de l'aimée
sur les yeux.
Aussi douce.

Je vous écris avec la chair des mots accourus, haletants et
rouges.
C'est bien vous qu'ils entourent. Je suis tous les mots qui m' ha-
bitent et chacun d'eux vous magnifie avec ma voix. J'ai
besoin de vous pour aimer, pour être aimé des mots qui
m'élisent. J'ai besoin de souffrir de vos griffes afin de sur-
vivre aux blessures du poème.

Flèche et cible, alternativement. J'ai besoin d'être à votre merci
pour me libérer de moi-même.
Les mots m'ont appris à me méfier des objets qu'ils incarnent.
Le visage est le refuge des yeux pourchassés. J'aspire à devenir
aveugle.

Aussi belle que la main de l'aimée
sur le sourire de l'enfant.
Aussi transparente.

Je songe aux jouets de mes cinq ans. Une fois miens, ils furent
les maîtres. Je croyais pouvoir, avant qu'on me les offrit,
les manier à ma fantaisie. Je m'aperçus très vite que je
pouvais les détruire au gré de mon humeur; mais si
je les voulais vivants, que je devais respecter leur mécanisme,
leur âme immortelle.
Ainsi le langage.

Je dois aux mots la joie et les larmes de mes cahiers d'écolier,
de mes carnets d'adulte.
Et aussi ma solitude.
Je dois aux mots mon inquiétude. Je m'efforce de répondre à
leurs questions qui sont mes brûlantes interrogations.

Edmond Jabès
In L'écorce du monde Éditions Seghers
envoi Antre Lieu


SOLIRENNE

Les mères achèvent le ciel
retournent la terre
griffent l’espace.
Aucune d’elles ne traverse la vie
en hurlant.

Les filles meurent plus nombreuses
que les étoiles.
Absence irriguée
silence inversé.

Le temps vacille,
découd la langue maternelle.

« Il » est le motif
« elle » la trouée.
Il est cadeau, absolu bibelot
elle est l’abolie.

L’œil des mères rouille
point de mire déporté.

India Song hallucine sari ombilic.

Disloquer l’harmonie devenue hantise
tant de fois
pour des milliers de naissances anonymes
imprimées XX.

Point de mire déporté.
Une fois, deux fois, trois fois de suite
un souffle le dernier.

Morte minuscule. Gage d’astreinte.


(La nouvelle lésée ne laisse aucune trace)

[…]

Solirenne
Extrait de MédéA Ed. Rougier V. éd. Collection Plis Urgents, n°34, 2014

MOHAMMED BENNIS

Libère-toi de toi

va profond

dans les espaces ténébreux



vers ta lumière

La boue de la soumission

menace-la d’une tempête Habite



sous la coupole de ton silence

Ta nuit a des bassins de lumière

Ta joie à présent

est un vide 

Il se creuse inodore



dans ta poitrine

Tes souffles ont fondu

leur flamme Tu l’accompagnes

et elle s’infiltre



par des trous égarés

puis elle trouve une forme

dans la gloire

de tes vagues
(...)

L'eau inaugure le lieu

L'eau, âme libre venant à toi

du moindre obscur


Écoute l'eau

toi

qui passes cette porte


Premier pas

est l'amour

Tous les suivants
gravissent la mémoire

pour saluer les passants


Ici, nul étranger

Tous frères nous sommes

venus glorifier la pureté de l'eau

Ô souveraine
qui veilles à la pureté

n'oublie pas qu'entre tes mains

l'eau fait fleurir l'âme et coule jusqu'à l'infini 


Rien ne te sépare de cet air

rien de ce silence
Que je touche une pousse

revient pour moi

à toucher l'étoile



Notre nature est la même

Ici. j'écoute les entrailles qui scandent



Écris le salut

écris l'absence

Si j'étais ici une fois

je serais toujours ici

Les plafonds ne sont pas moins hauts que le ciel

les branches pas plus lentes que l'aile d'une tourterelle

L'escalier qui conduit à ma chambre

mène aussi au théâtre des mots



Scrute cette lumière jaillissant de la pierre 

Les coins écartés du jardin se rapprochent les uns des autres 

Le courant d'eau les pousse dans la paix de la vasque solitaire



Lente, l'ombre avance

portant nos pas

vers ce que nous ne connaissons pas



Libère-toi de l'allégresse de la fin

Tu es voué à cette marche

d'une âme l'autre

et les revenants ne se rappellent plus qui tu es



Habite la chambre du silence

Comme un sourire retenu

les miroitements reproduisent

des fleurs jamais semblables



Le jardin accueille chaque fois les premiers souffles

A chaque pas

commence

la danse



L'Andalousie n'est pas un vocable 

Regarde

ces couleurs de musique

ces traces

d'amants 

Ne cherche pas d'autre lieu 

Ici

est l'Andalousie de l'eau ton 

Andalousie



Le jardin des déserts

recueille

mes amis errants

l'un

après l'autre

Ils sont ici

échangeant des coupes de vin

sans relâche



Les nuits se déversent

sur des pentes descendant

vers les vallées du silence



Mais les amis se réunissent ici

nuit

après nuit

jardin

désert

Mohammed Bennis,
In Le Don du vide, Éditions de L’Escampette, 1999.
Traduit de l’arabe par Bernard Noël en collaboration avec l’auteur.
envoi l'Antre lieu


VALÉRIE ROUZEAU

Pendant qu’elle digitale envoie textos
Ses orteils dansent nus vernis vernis nus
Sous son trône d’un moment siège de tram
Elle pianote joliment ses jtm
Sur le bout des doigts ses ongles papillonnent
Rose et noir noir et rose aux mains aux pieds
Gracieuse et concentrée tkt lol dsl
Elle envoie ses textos comme des bulles des baisers
En traversant le paysage de printemps
Les arbres en fleur pommiers pêchers
Peuplés de turques tourterelles
Voie royale vers quel paradis
Est-ce aimer est-ce fragiles abeilles
Émue remuée jusqu’aux orteils

Valérie Rouzeau
in Vrouz, éditions de la Table Ronde, 2012.
Envoi Jacques Fournier

RAPHAËLLE GEORGE

La fatigue vient avec la nuit,
nous pourrions croire que par elle nous communions
nous respirons du même vent que tout ce qui appartient
au cycle du jour et de la nuit.

Elle paraît comme un poids, ce poids qui nous fait chuter au centre de l'être
et pourtant elle ne pèse pas.

Elle n'a pas de visage, effaçant presque le nôtre
soudain nous ne sentons ni la faim, ni aucune nécessité
et nos pensées vagues sont comme des murmures étrangers
échos lointains de combats inachevés.

Tant de gorges sont serrées contre les murs.


Raphaële George
Eloge de la fatigue ( précédé de Les Nuits échangées) éditions Lettres Vives, 1985, p.46
Envoi J. G. Coscullulela

PHILIPPE DENIS

Parole de pauvreté, parole souterraine
au levant d'une blessure
qui se perpétue
en lignée...


Par la bouche la plus pauvre,
par ce froid inemployé,
où la parole se retourne
contre moi -

j'ai crié
m'égratignant au silence
commun,
j'ai parlé
dans la parole
le vœu qui y parle...

Sans que nulle mémoire
ne lègue
de distractions devant la mort.


Philippe Denis
Chemins faisant : poèmes 1974-2014, éditions Le Bruit du Temps, 2018, p.96
Envoi J. G. Cosculluela

JACQUES JOUET

QU’EST-CE QU’UN POÈME DE MÉTRO ?

J’écris, de temps à autre, des poèmes de métro. Ce poème en est un.
Voulez-vous savoir ce qu’est un poème de métro ? Admettons que la réponse soit oui. Voici donc ce qu’est un poème de métro.
Un poème de métro est un poème composé dans le métro, pendant le temps d’un parcours.
Un poème de métro compte autant de vers que votre voyage compte de stations moins un.
Le premier vers est composé dans votre tête entre les deux premières stations de votre voyage (en comptant la station de départ).
Il est transcrit sur le papier quand la rame s’arrête à la station deux.
Le deuxième vers est composé dans votre tête entre les stations deux et trois de votre voyage.
Il est transcrit sur le papier quand la rame s’arrête à la station trois. Et ainsi de suite.
Il ne faut pas transcrire quand la rame est en marche.
Il ne faut pas composer quand la rame est arrêtée.
Le dernier vers du poème est transcrit sur le quai de votre dernière station.
Si votre voyage impose un ou plusieurs changements de ligne, le poème comporte deux strophes ou davantage.
Si par malchance la rame s’arrête entre deux stations, c’est toujours un moment délicat de l’écriture d’un poème de métro.

Jacques Jouet
In Poèmes de Métro, P.O.L., 2000
Envoi Jacques Founier


ANDRÉ UGHETTO

MARCHES LENTES

Oh ! Bon Dieu, dites-moi
comment faut que j’emploie
le peu de temps qui reste !

Le ciel tout gris rejoignant la mer grise,
J’étais aventuré dans la colline proche,
Où les chemins ne savaient plus où ils allaient.
Des buissons bas dessinant quelques sentes
N’aboutissaient qu’à des impasses mais soudain
Un oiseau s’envolant à mon approche
augura à mes yeux la direction à suivre
C’était là une forêt aux pins très verts
sur de la terre rouge. Et plus loin s’étalait
un champ de ruines d’arbres qu’avait touchés
deux ans plus tôt un incendie énorme
laissé libre de dévorer ce qu’il voulait
pourvu qu’il s’arrêtât aux portes du village.

*
La solitude est ici ma compagne
et je croise des fleurs que j’apprends à connaître :
lilas d’Espagne ou valériane,
faisant surgir ses hampes,
tantôt violettes, tantôt blanches ;
cistes roses au garde-à-vous sur les chemins,
montant un deuil riant sous tant de pins gisant brûlés.
Le spectre d’une rose dansant sur les hauteurs
aura laissé la terre boire sa boîte de couleur.
Plus petits, les cistes blancs, plus tardifs,
s’invitent parmi la foule des autres ;
tous savent relever dans le calcaire chaud le défi des étés.
Et je découvre au long de rues restées champêtres,
à l’arrière des mauves somptueuses
qui revendiquent l’avant-scène,
la puissance de feu de jaunes anthémis
mêlés au sang des coquelicots.
Le chardon cruel, au bleu tendu vers le violet ;
pointe une tête fière et se croit tout permis.
Des abeilles – il en est peu –
et d’autres petits peuples aériens
(que les poisons industriels comme agricoles
ont soustraits par millions au désir de durer)
entrent pour se saouler dans les bars de la floraison
et encore accélèrent la maïeutique du printemps.


*

Karstique et sacarstique sous mes pieds,
le chemin s’écarte à peine de dolines
dont le fond et l’entour sont armés de béton.
Croirait-on que ce furent des piscines probatiques ?
Je n’avais jamais vu ce type de vestiges,
datant de la dernière guerre européenne
encore un peu « classique ».
C’est là que l’Occupant cachait ses artilleurs
commis à la surveillance de la Méditerranée,
d’où surviendraient, pensèrent mal des stratèges nazis,
les estafettes du Débarquement.
Dans leurs cuvettes circulaires qu’avaient construites
des pêcheurs pris au filet de violentes rafles
les soldats de la Wehrmacht purent bronzer en s’ennuyant
du moins jusqu’au réveil des Résistances,
quand débuta l’année 44.
La guerre d’aujourd’hui n’est plus ce qu’elle était
maintenant que nous voici confrontés
à l’invisible ennemi que l’on fuit et qui nous confine
chacun dans son blockhaus de distance sanitaire.
Mais les seuls combattants sont au bloc opératoire.
Il est encore trop tôt pour que l’on crie victoire.
La santé reviendra, ou la mort solitaire.


André Ughetto
Inédits , à Carro, 25-27 avril 2020

GEORGES HALDAS

Peupliers un vent faible allaitait le silence
Et c'étaient soldats morts pour des patries lointaines pour des drapeaux fourbus
De neige et de douleur les larmes nous coulaient
Te souviens-tu ma mère ?
Et toi qu'aurais-tu fait pendant la longue marche ?
Je voyais les villages posés près des forêts
Je voyais la montagne mais on n'entendait rien
Patries patries amères où le vent seul parlait où le gel était dur comme l'apôtre
Pierre
Celui qui reniait
La vérité craquait pareille à la banquise
Et quand revenait l'aube de ces journées d'hiver
Pour la seconde fois tous les soldats mouraient

Georges Haldas
poète grec-suisse qui vivait à Genève
Envoi Brigitte Gyr

MARION RENAULD

imagine
comme si battait un
petit cœur
même au fond de qui n’en
a pas et que deux petits points
ronds et noirs
s’ouvrent et se ferment sur
ce qui est sans visage
imagine donc
respirer
l’inerte et
l’esprit dans
l’inanimé
non pour t’identifier mais
un peu t’oublier
et pour te demander
ce que nous faisons vivre
à ce qui nous fait vivre

Marion Renauld
inédit d'avril 2020
site :.

JOSÉ SARAMAGO

« Si je n’ai une autre voix… »

Si je n’ai une autre voix qui me dédouble

Ce silence en écho d’autres sons,

C’est parler, parler encore, jusqu’à dévoiler

La parole cachée de ce que je pense

C’est, brisé, la dire entre des détours

De flèche qui elle-même s’envenime,

Ou mer haute coagulée de navires

Où le bras noyé nous fait signe.

C’est forcer vers le fond une racine

Quand la pierre rigoureuse coupe le chemin,

C’est lancer vers le haut tout ce que l’on dit

Car plus arbre est le tronc le plus seul.

Elle dira, parole découverte,

Les dits de l’habitude de vivre :

Cette heurte qui serre et desserre,

Le non voir, le non avoir, le presque être.

(...)

Contre chant

Ici, loin du soleil, que ferai-je de plus

Sinon chanter le souffle qui me chauffe ?

Comme un plaisir fatigué et qui s’engourdit

Ou prisonnier soumis à la loi.

Mais dans ce chant débile il y a une autre voix

Qui tente de se libérer de la sourdine,

Comme rose cristal au fond de la mine
Ou promesse de pain qui vient dans les meules.

Un autre soleil plus ouvert me donnera

Aux accents du chant une autre harmonie,

Et dans l’ombre je dirai que j’annonce

La nappe de lumière par où j’irai.

(...)

« Car le temps ne s’arrête pas… »

Car le temps ne s’arrête pas, et il n’importe

Que les jours vécus approchent

Le verre d’eau amère placé

Là où la soif de la vie s’exaspère.

Ne comptons pas les jours qui sont passés :

Ce fut aujourd’hui que nous naissons. Maintenant 
 seulement

José Saramago
In Les poèmes possibles. Traduction du portugais par Nicole Siganos., Éditions Jacques Brémond 1998

LÉON GONTRAN DAMAS

BLANCHI
Pour Christiane et Aliouane Diop

Se peut-il donc qu’ils osent
me traiter de blanchi
alors que tout en moi
aspire à n’être que nègre
autant que mon Afrique
qu’ils ont cambriolée

Blanchi

Abominable injure
qu’ils me paieront fort cher
quand mon Afrique
qu’ils ont cambriolée
voudra la paix la paix rien que
la paix

Blanchi

Ma haine grossit en marge
de leur scélératesse
en marge
des coups de fusil
en marge
des coups de roulis
des négriers
des cargaisons fétides de l’esclavage cruel

Blanchi

Ma haine grossit en marge
de la culture
en marge
des théories
en marge des bavardages
dont on a cru devoir me bourrer au berceau
alors que tout en moi aspire à n’être que nègre
autant que mon Afrique qu’ils ont cambriolée

Léon Gontran Damas
In Pigments, éd. Guy Levis Mano, 1937 ; éd. Présence africaine, 1972
Envoi Jacques Fournier

CLAUDIE LENZI

Ça peint dur
sans boulot
freine au sol
trop de n’ormes…
un être
seul pleureur
peut plier
à mendier
et se noyer
chaîne aux pieds
si près…

Repêché ?

Claudie Lenzi
Juin 2006 (non publié)
pyrogravure sur des branches d'arbres mort

DENISE LE DANTEC

Un printemps appelé printemps de confinement 2020 a commencé
On nous a dit qu’il serait derrière nos fenêtres et qu’il aurait « le sourire affreux de l’idiot »
On nous a dit le staccato des ruisseaux de février s’interromprait à la mi-mars et que des veines de mercure rouleraient dans la veine de mon poignet droit
On nous a dit que des bêtes fabuleuses circuleraient dans les rues de nos villes comme le canard, l’oie, la gazelle ou l’éléphant
On nous a dit que l’ADN a deux hélices et qu’il y a de multiples épenthèses
On nous a dit que le thorax de la libellule est électrisé d’hexamites et que le dos du hanneton est marbré
On nous a dit que le vent souffle sur le bitume et dans l’oreille
Qu’il faudrait réarranger le soleil et la lune verticalement et horizontalement
Que le merle mord la feuille et que le bleu devient noir
grimper jusqu’à Mars danser le shag
boire le fruit du pis & trèfle
Qu’un spinnaker végétal a été tendu sur toute la planète et qu’un couple regarde le ciel plein d’éclairs
Que le soleil se lève dans toutes les directions
Que les langues printanières produisent du vert
et que :
Une heure dehors
Vingt-trois heures dedans
Une demi-heure dehors
Trois quarts d’heure dedans
Dix minutes au pas de course
Cinq minutes en position yoga
Trois heures assis
Quatre heures couché
ETC.

Maintenant :
Ouvrez la bouche et attendez

Denise Le Dantec
inédit

FRANÇOISE DELORME

Un jour d'avril 2010,
en Haute-Provence
dans le silence du Eyjafjöll

Les amélanchiers pâles,
même les aubépines,
ne nous rassurent pas,
chaque épine-vinette
témoignait mais de quoi ?

Nez dans les tormentilles,
une photosynthèse
pareille à celle des mots
nous invitait à croire
à la durée des plantes

dans la mobilité.
Un bonheur immobile
se tient tout silencieux.
Il n’a pas d’adversaire,
j’ai presque pu m’y fier.

Françoise Delorme,
in Du cerisier, éd. L’Atelier du Grand Tétras.



SANDA VOICA

Mes maisons foncières

10 h 50’-11 h 05’ de chaque jour, à partir du 21 mars 2020.

Dans la maison.
Maison avec jardin.
Le mois de mars en inattendu essor
car des expansions simultanées
et inextricables ont lieu :
celle des floraisons habituelles
et celle d’un virus nouveau.
Je suis comme d’habitude et comme jamais
Soit dans la maison,
soit à la fenêtre
soit dans le jardin.
Comme d’habitude :
j’y vis et écris.
Comme jamais :
je me pose pour la première fois cette question :
« Quelles maisons dans ma maison ? »
Celle des poupées,
pour toujours abandonnée par ma fille.
Et celle de Henrik Ibsen – son livre,
Une maison de poupée, à portée, sur une étagère.
La maison de mes parents, aussi :
couvertures et tapis qui s’y trouvaient
les voilà aussi dans la mienne.
Et quel salon ?
Celui d’une sorte d’apparition
dans ma jeunesse :
En marchant dans la rue
je l’avais vu d’un coup,
suspendu dans l’air :
grand, large, tout blanc.
Je l’ai adoré, ce salon de rêve :
Que de lumière !
Des années plus tard, en m’installant
dans la maison où vivre avec ma famille
– mari et fille –
j’ai compris : sans l’avoir cherché
j’avais, IDENTIQUE,
le salon d’autrefois, vu seulement par moi !
L’oubli qui n’oublie pas
avait fait les choses !
Salon de mon désir
dans la maison de tous mes désirs,
y compris celui, foncier, de l’écrire.
Ecrire le désir. Ecrire la maison.
Les deux inextricables.
L’écriture : toujours sur le seuil du regard.

Mais aujourd’hui,
depuis la fenêtre de ma chambre
j’ai vu la beauté obscène
des couronnes de fleurs en bouquets
de mon cerisier.
Pourquoi obscène ?
Je me le demande encore.
Je n’avais jamais cru associer un jour
le mot « obscène » au mot « beauté ».
Se réjouir ou être heureux sur fond de pandémie
devient-il… obscène ?
En voilà une des actions insidieuses du coronavirus.
Pas sa victoire, même si je risque,
le printemps prochain
en regardant les nouvelles couronnes de fleurs
de mon cerisier ,
de penser aussi à la couronne du virus de ces jours-ci.
Mais ce ne sera que pour mieux me réjouir de leur floraison.
Épidémie passée et du passé, déjà :
la beauté du reste de la journée me saisit
et je ne garde plus que son éblouissement.

J’ai fixé ici un quart d’heure d’une réclusion
Temps à la fois heureux et douloureux
où les nouvelles du monde
ont profondément troublé
la vue exquise vers mon jardin au cerisier en fleurs.
Faille à jamais
vue depuis ma chambre,
de la maison où je suis toujours à ma place
même si foncièrement ailleurs.

***

Dans la maison.
Maison avec jardin.
Le mois de mars en inattendu essor
car des expansions simultanées 
et inextricables ont lieu :
celle des floraisons habituelles
et celle d’un virus nouveau.
Je suis comme d’habitude et comme jamais
Soit dans la maison,
soit à la fenêtre
soit dans le jardin.
Comme d’habitude :
j’y vis et écris.
Comme jamais :
je me pose pour la première fois cette question :
« Quelles maisons dans ma maison ? »
Celle des poupées,
pour toujours abandonnée par ma fille.
Et celle de Henrik Ibsen – son livre,
Une maison de poupée, à portée, sur une étagère.
La maison de mes parents, aussi :
couvertures et tapis qui s’y trouvaient
les voilà aussi dans la mienne.
Et quel salon ?
Celui d’une sorte d’apparition
dans ma jeunesse :
En marchant dans la rue 
je l’avais vu d’un coup,
suspendu dans l’air :
grand, large, tout blanc.
Je l’ai adoré, ce salon de rêve :
Que de lumière !
Des années plus tard, en m’installant
dans la maison où vivre avec ma famille
– mari et fille –
j’ai compris : sans l’avoir cherché
j’avais, IDENTIQUE,
le salon d’autrefois, vu seulement par moi !
L’oubli qui n’oublie pas
avait fait les choses.
Salon de mon désir
dans la maison de tous mes désirs,
y compris celui, foncier, de l’écrire.
Ecrire le désir. Ecrire la maison.
Les deux inextricables.
L’écriture : toujours sur le seuil du regard.
Mais aujourd’hui,
depuis la fenêtre de ma chambre
j’ai vu la beauté obscène
des couronnes de fleurs en bouquets
de mon cerisier.
Pourquoi obscène ?
Je me le demande encore.
Je n’avais jamais cru associer un jour
le mot « obscène » au mot « beauté ».
Se réjouir ou être heureux sur fond de pandémie
devient-il… obscène ?
En voilà une des actions insidieuses du coronavirus.
Pas sa victoire, même si je risque,
le printemps prochain
en regardant les nouvelles couronnes de fleurs
de mon cerisier,
de penser aussi à la couronne du virus de ces jours-ci.
Mais ce ne sera que pour mieux me réjouir de leur floraison.
Épidémie passée et du passé, déjà :
la beauté du reste de la journée me saisit
et je ne garde plus que son éblouissement.
J’ai fixé ici un quart d’heure d’une réclusion
Temps à la fois heureux et douloureux
où les nouvelles du monde
ont profondément troublé
la vue exquise vers mon jardin au cerisier en fleurs.
Faille à jamais
vue depuis ma chambre,
de la maison où je suis toujours à ma place
même si foncièrement ailleurs.

Sanda Voïca,
inédits, mars 2020.

Sanda Voïca
inédit






SARAH MOSTREL

RÉENCHANTÉ

Il fallait qu’elle s’y plie, aux règles énoncées.
Qu’elle s’y plaise, qu’elle se lâche,
qu’elle se noie sans baver.
La couleur parlait comme un fil d’Ariane
dictant au fil de l’eau la marche pour la suivre.

Il fallait que scintillent les teintes fluctuantes,
à l’aspect permanent malgré la courbe instable.
Tel un serpent agile, sur le fil d’un rasoir,
elles dessinaient gaiement leur élan amoureux,
poursuivant le défi en toute âme et conscience,
sans la peine, sans le vague, de leur philanthropie.

Il fallait que le fil qui rappelle les étoiles,
les années de bonheur,
accepte de se rendre.
Ô doux ciel, dame Nature,
Ressources qui ont si souvent délesté le monde !

Il fallait que jamais ne faillisse l’histoire,
même en tant de ténèbres, même en tant d’insomnie.
Éviter à tout prix que sombre dans l’oubli
le droit-fil du conte, l’arme universelle
qu’est la beauté, suprême…

Il fallait que revienne cette promesse ineffable
qu’est le chant des oiseaux,
l’harmonie naturelle
Le juste cours de l’heure


Sarah Mostrel,
extrait de « Le désespoir de Marguerite Duras », éditions Unicité, paru en février 2020.

***

DRÔLE DE DESTIN

Peu de choses sont entre nos mains.
Tant de choses sont entre nos mains.
Où est l’anomalie ?
Le mensonge ?

Rappelle-toi, tu n’as reçu aucune promesse.
Tu l’as espérée.
Tu as cru l’entendre.
Mais… ta vue se fait trouble.

Même quand tu dors, le repos se fait rare.
Les apparitions se sont fait la malle.
Où vas-tu encore puiser la force de lutter ?


Sarah Mostrel,
extrait de « Rien à voir, suivi de Le (re)plis de l’histoire », éditions Z4, paru en janvier 2020

MARIE JOSÉE CHRISTIEN

Sans bruit sans trace
chaque mot pèse
de son poids de vie

lancine
ruisselle
dans le corps

comme fou
dans la chaleur
du sang en crue.


*

Parfois le silex affûté
de ma conscience
me fait peur

au bord de vivre
au bord de mourir

bord à bord
roule ma boule
de souffrance
à même le sable
du temps.

*

Ce n’est qu’un chemin
pris par mon sang
un long évanouissement

le peu qu’il me reste
quand les mots se font rudes

je n’ai plus
pour me réchauffer
que le vertige
des points de suspension
accaparés par l’attente.


Marie-Josée Christien
Extrait de : Affolement du sang (Al Manar, 2019)
Site
site 2

ARTHUR RIMBAUD

Si les temps revenaient, les temps qui sont venus !
- Car l'Homme a fini ! l'Homme a joué tous les rôles !
Au grand jour, fatigué de briser des idoles,
Il ressuscitera, libre de tous ses Dieux,
Et, comme il est du ciel, il scrutera les cieux !
L'Idéal, la pensée invincible, éternelle,
Tout ; le dieu qui vit, sous son argile charnelle,
Montera, montera, brûlera sous son front !
Et quand tu le verras sonder tout l'horizon,
Contempteur des vieux jougs, libre de toute crainte,
Tu viendras lui donner la Rédemption sainte !
- Splendide, radieuse, au sein des grandes mers
Tu surgiras, jetant sur le vaste Univers
L'Amour infini dans un infini sourire !
Le Monde vibrera comme une immense lyre
Dans le frémissement d'un immense baiser !

- Le Monde a soif d'amour : tu viendras l'apaiser.

(...)

La voix de la pensée est-elle plus qu'un rêve ?
Si l'homme naît si tôt, si la vie est si brève,
D'où vient-il ? Sombre-t-il dans l'Océan profond
Des Germes, des Foetus, des Embryons, au fond
De l'immense Creuset d'où la Mère-Nature
Le ressuscitera, vivante créature,
Pour aimer dans la rose, et croître dans les blés ?...

Nous ne pouvons savoir ! - Nous sommes accablés
D'un manteau d'ignorance et d'étroites chimères !
Singes d'hommes tombés de la vulve des mères,
Notre pâle raison nous cache l'infini !
Nous voulons regarder : - le Doute nous punit !
Le doute, morne oiseau, nous frappe de son aile...
- Et l'horizon s'enfuit d'une fuite éternelle !...

Le grand ciel est ouvert ! les mystères sont morts
Devant l'Homme, debout, qui croise ses bras forts
Dans l'immense splendeur de la riche nature !
Il chante... et le bois chante, et le fleuve murmure
Un chant plein de bonheur qui monte vers le jour !...
- C'est la Rédemption ! c'est l'amour ! c'est l'amour !...

Arthur Rimbaud
In Soleil et chair (extraits), 1er Cahier de Douai

SUITE DE LA FORÊT DES SIGNES P 8


Mardi 5 Mai 2020
Lu 187 fois

PARCOURS ET PUBLICATIONS | REVUE DE PRESSE | EXTRAITS D' OUVRAGES | TEXT TRANSLATION IN ENGLISCH, SPANISCH... | ARTICLES ET CONFERENCES | EN REVUES ET ANTHOLOGIES | ACTUALITES | INFORMATIONS DU MOIS | ATELIERS | LIBRES PAROLES







Les News








ANTHOLOGIES ET PUBLICATIONS COLLECTIVES

Je prends note
Anthologie poésie
Bipval (Biennale
des poètes en Val
de Marne) 2011
Editions
Action Poétique

Burqa ? essai,
Claude Ber,
Wassyla Tamzali,
Éd. Chèvre-Feuille
Étoilée, 2010

Couleurs Femmes
Anthologie poésie,
Éd. Castor Astral 2010

Et si le rouge
n’existait pas

Anthologie poésie,
Ed. le Temps des
cerises 2010

Voix de l’Autre
essai, Actes du
Colloque Littératures,
Université de
Clermont-Ferrand
Ed. PUF 2010

Que peut la littérature?
Ed. Calliopées 2010

La poésie érotique
française contemporaine

Textes rassemblés par
Giovanni Dotoli,
Ed. Hermann, 2011

Enfances
Anthologie
Printemps des
Poètes 2012
Ed. B. Doucey

cb
22/11/2010