IMAGES







Recherche

Inscription à la newsletter


Achat livres

Les livres de
Claude Ber sont
accessibles
sur internet.
Pour accéder aux
achats en ligne
cliquer sur
sur les icônes
de couverture
des livres.

cb
09/02/2011



L'invité du mois

Patrick JOQUEL



BIOBIBLIOGRAPHIE

Patrick JOQUEL
Bio
2011… Lorsque j’étais plus jeune, dans l’ancien millénaire, je pensais qu’après l’an 2000, je vivrais sur la Lune ou sur Mars… que je volerai dans l’espace… bref que le monde se serait encore élargi jusqu’à l’infini.
Je me demande si l’écriture ne participe pas de ce désir… Aller plus loin. Un pas plus loin. Un mot plus loin. Un horizon plus loin. Vivre en marche. Marcher comme un vivant sur la Terre. Sur les pages.
Comme un désir de rencontre aussi. De la solitude du texte en élaboration à l’autre, le lecteur ou l’auditeur, tout un cheminement qui me surprend bien souvent et me permet de découvrir des lieux et des gens inconnus. De partager un moment de vie. Un tout petit moment ensemble dans ce vaste univers.
Pour découvrir ma bibliographie et mes itinéraires : http://joquel.monsite.orange.fr


Trois petits albums pédagogiques
- Léa et le léopard, illustrations Marion Piffaretti ; collection les livrets de Léo et Léa, cp. Editions Belin.
- Guy marche et rêve, illustrations Thérèse Bonté ; collection les livrets de Léo et Léa, cp. Editions Belin.
- L’île d’or, illustrations Béatrice Rodriguez ; collection les livrets de Léo et Léa, cp. Editions Belin.

PARUTIONS ANTERIEURES ET DISPONIBLES

POESIE

Editions Corps Puce

Ephémères du bouquetin, photos Magali Lambert. Editions Corps Puce. ISBN : 2-35281-042-6 ; Prix : 8€. De petits pavés de prose à partir de 10 ans.2010

Mille cinq cent dix-sept pieds sur le papier, photos Jean Foucault. Editions Corps Puce. Isbn 2-35281-029-9 ; 8€. Poésie à partir de 7ans. Les poèmes ici prennent la forme du limerick. Loufoque. Absurde et pourtant loin d’être aussi nonsense qu’ils le paraissent.

Entre écritoire et table à cartes, ISBN 2-907525-98-0 ; 12€. 2006
Cet ouvrage tente un parallèle via la poésie entre la solitude du marin en mer et celle de l'écrivain à son bureau... A partir de 14 ans.

Editions Pluie d’étoiles

Croquer l'orange illustré par Johan Troïanowski ISBN 978-2-913056-29-9 en librairie. € 5.50 ; 2008 et 4000 ex.

Heureux comme l’orque. 4000 exemplaires. Illustré par Yves Attard. Jeunesse. 2001. en librairie. ISBN 2-913056-13-x. € 5,49. A partir de 3 ans

Editions du Jasmin.

Quant au guépard je t’en parlerai plus tard, illustrations de Michel Boucher. ISBN 978-2-912080-55-4 € 9.90 2008 www.editions-du-jasmin.com

Editions Clarisse
Un emploi du temps de chamois, Isbn 979-912852-21-2 ; 5€.
www.editions-clarisse.net

Editions Soc et Foc
Maisons bleues, illustrations de Nathalie de Lauradour. Poèmes de Patrick Joquel. 600 exemplaires en septembre 07. 2e édition à 300 ex au printemps 09. disponible en librairie. ISBN978-2-912360-47-2.
Editions AMD
Palabre autour d’un puits photos de Didier Dubray, poèmes de Patrick Joquel 500 exemplaires en mai 007. Des photos prises au Burkina Faso résonnent avec des poèmes écrits au Sénégal. Disponible en librairie ou chez l’auteur. 48€. A partir de 8 ans.
Editions soc et foc
Comme un chuintement d’air illustré par Nathalie de Lauradour, . 2011. album poésie

Editions Donner à voir
Les demains d’Almanach, en collaboration avec Sophie Braganti. Gravures de Nathalie Trovato. Editions Donner à Voir. ISBN 2-909640-53-1 ;6.50€. 365 ex. à partir de 8 ans. 2006

17 vues du mont silence. 366 exemplaires. Illustré avec des encres de DerezADerez. 2000. chez l’éditeur, 90 rue de Tripoli, 72000 Le Mans. Isbn 2-909640-24-8. € 5,50 A partir de 14 ans

Editions Gros Textes
Tant de secrets… 26 poèmes en ordre alphabétique accompagnés par autant (+couverture) de dessins en noir et blanc de Johan Troïanowski. 2005. 500ex. 100 octobre 007, 100 mai 08 50 en décembre 08 100 en octobre 09
Des poèmes dont les héros sont des animaux, mais il existe des exceptions comme le hibou qui sait si bien cligner de l’œil. De l’aigle au lézard, ils se sont bien rangés dans l’ordre alphabétique. Si certains sont bien visibles entre les lettres, d’autres se camouflent sous les mots. La rime, petite mouche, joue son vol. S’absente parfois. Pourquoi ? Où va-t-elle ? Et que devient-elle ?
Le poème est-il toujours aussi simple qu’il en a l’air ?
. 6€ à partir de 5 ans.

Avec Jean-Claude Touzeil, Sept dialogues d’ici et d’ailleurs. Illustré par Tiphaine Touzeil et Yves Barré. Co-édité par épi de seigle. 2003.5,00€. Quand deux poètes, deux plasticiens, deux éditeurs se racontent…

Le bruit d’un brin de bambou… 150 exemplaires1999.. illustré avec des encres de Dominique OURY. Jeunesse. 50 exemplaires 2002 et 2003.
chez l’éditeur, Fontfourane 05380 Châteauroux. € 5,00. A partir de 8 ans (épuisé momentanément)

Vivre m'étonne et marcher m'interpelle avec Nathalie de Nauradour
2014

Editions Magnard :
Que sais-tu des rêves du lézard ? illustration de Sandra Poirot-Chérif. Collection Que d’histoires CE2. Comme un carnet de voyage poétique… (2004). à partir de 8 ans. Isbn 2210623936


Editions de l’Epi de Seigle

Avec Jean-Claude Touzeil, Sept dialogues d’ici et d’ailleurs. Illustré par Tiphaine Touzeil et Yves Barré. Co édité par Gros Textes. 2003.5€

Avec Paul Bergèse, Olivanchois, un recueil à quatre mains qu’on déguste à l’apéro sous la tonnelle. 2002. (jeunesse). . € 5,40. A partir de 8 ans


Aux éditions de l’Amourier. Isbn 2-911718-83-6. € 10,50.
Pudeur des brouillards. 2002. (dans ce livre on retrouve le poète marcheur…). A partir de 14 ans.

Aux éditions Grandir isbn 2-84166-202-0. € 14,00.

Mammifère à lentilles, illustrations d’Elsa Huet. Jeunesse. 2002. Chez l’éditeur 1350 chemin de la passerelle. 84100 Orange. (où l’on se promène de la grotte Chauvet au Collège). A partir de 10 ans

Editions lo Païs d’enfance/le Rocher

Perché sur ton planisphère. 1500 exemplaires. Accompagné d’encres de Zaü. Jeunesse. 2001. en librairie. Isbn 9-7829100998455. € 12,05. A partir de 8 ans. Cet ouvrage poétique est signalé sur la liste du ministère de l’éducation nationale 2004 pour le cycle trois. Deuxième édition en novembre 05. L’actualisation de cette liste à l’automne 007 ne mentionne plus ce livre, sans doute parce que la collection les éditions du Rocher arrête la collection lo Païs...

Editions SOLOS

 Demain les hippocampes 26 poèmes et 60 idéographies de DerezADerez. 2000 ex. ( jeunesse) 1998. A partir de 5 ans
(épuisé)

Editions de Silence Productions

1.2.3. Mouche (livre CD de chants pour enfants. Jeunesse.) 1000 ex. 1998. chez l’auteur. épuisé
textes : Joquel, musiques : Christian Pillone, Patrick Massabo, illustration : Alain Selme. € 15,00.
Quelques textes de chansons dans les cd Silence et Parenthèses .

Editions Encres Vives

Hautes Drailles N° 178 1994, ré édité dans la collection Lieux en 1996. (Mercantour) Chez l’éditeur, 2 allée des allobroges, 31770 Colomiers. € 6,10.

Hautes drailles est publié intégralement dans le livre de photos de Jacques DROUIN :
d’ombres et de lumières, éditions de l’Envol. 1997. 1500 exemplaires.


LIVRES D’ARTISTE, livre unique

Un cri d’aigle, sur un objet livre de Youl un poème manuscrit. 3 exemplaires.

Calendrier d'arbres est la première publication des éditions de la Pointe Sarène.
Douze poèmes manuscrits de et par Patrick Joquel accompagnés de monotypes et aquarelles de Luce Guilbaud. Présentés en accordéon, sous couverture.
Cette publication à quinze exemplaires dont trois hors commerce est proposée à 100 €.
Disponible soit aux éditions de la Pointe Sarène, soit chez Luce Guilbaud.
Contact courriel pour plus d'informations : patrickjoquel@orange.fr

Cinqueterre, un territoire signé des hommes. Un livre unique, manuscrit. Aquarelles d’Agnès Joquel. Février 08. texte publié dans encres vives 263.

Palabre autour d’un puits 3 exemplaires en février 07. photos de Didier Dubray, poèmes de Patrick Joquel.
4 haïkus 2 exemplaires. Fabriqués et peints par Youl. Haïkus de Patrick Joquel. (2004).
Sept haïkus bleus, manuscrits. Sur feuille pliée et colorées par Corine Lerindon. Deux exemplaires. (2004).
Cinq haîkus d’Avoriaz, manuscrits sur 5 feuilles d’ardoise du pic de Mossettes, deux exemplaires. (2004).
Couleurs 2 exemplaires. Fabriqués et peints par Youl. Un poème composé spécialement autour des couleurs de Youl par PJ. (2004).

Un petit cœur de glace Ce livre d’artiste tiré à 25 exemplaires comprend 14 gravures sur bois tirées en couleurs et six poèmes manuscrits à l’encre de Chine par le graveur Gérard SEREE autour de six poèmes de P J. (1999). 230 €

ALBUMS

Editions lo Païs d’enfance/le Rocher

Dans la mémoire du vent, éditions lo pais/le rocher. 2007
illustré par Thibaut Guyon, album. ISBN 978 2 268 06168 9 . 15.90€
Au début du XXe siècle, le Tibet était complètement fermé aux étrangers. Cependant une curieuse exploratrice, Alexandra David-Neel brûlait d'envie d'être la première européenne à entrer dans Lhassa. Avec son fils adoptif le lama Yongden elle fit plusieurs tentatives avant de réussir. Moi le Vent des hautes terres Tibétaines, je les ai suivis, tous les deux,dans leur longue et périlleuse marche... à partir de 8 ans.

Sur le bord de la Mer Rouge, avec des illustrations de Thibaud Guyon. Cet album d’après Mes secrets de la Mer Rouge de Gisèle de Monfreid (éditions France Empire) propose un voyage dans la mémoire de l’héroïne, illustre les thèmes de l’ailleurs et de la différence. Isbn 2268051870. 14,50€. A partir de 8 ans.

Aux éditions Solos
Et le ciel ? accompagné d’encres de DerezADerez. 2000ex. (Jeunesse). 2001. ISBN 2-951538-5-0. 5€.
"le ciel des oiseaux, des nuages et des cosmonautes.
le ciel de la vie ! le ciel de la mort ?
les interrogations de la petite enfance sur un sujet universel.
Une approche minimale, poétique et graphique pour un meilleur échange des sentiments.'
A partir de 4 ans

Editions du Jasmin
Olivia et l’enfant des sables. Illustrations d’Isabelle Malmezat. (jeunesse).2001. 12,50€. 1500 ex.
ISBN 2-912080-34-7
Au pays des oliviers, il est interdit de parler d’autre chose que de la pluie et du beau temps. Le roi en a décidé ainsi ! Olivia, une jeune fille muette, hérite d’une petite cage qui renferme tous les contes du pays. Mais leur voix est bien faible. Si personne n’ose prêter la sienne, ils ne pourront survivre… A partir de 6 ans. Actuellement épuisé. Ré édition prévue… (épuisé)

Pédagogie et poésie

Au Sceren
Le lézard amoureux 2009 (participation)

Aux éditions Magnard :
Poésie Maternelle, éditions Magnard. Juin 007. ISBN 978-2-210-65617-8 Pédagogie. Enjeu de cet ouvrage : comment donner une première culture poétique à des enfants non lecteurs, comment créer des textes « poétiques » avec des enfants non scripteurs… Fichier photocopiable. Des poèmes, des fiches, des ateliers d’écriture…
Poésie, cycle 2 et 3. (2002). Un fichier photocopiable qui présente outre un approche pour la poésie en classe, une quarantaine de fiches poèmes ( approche du poème, ateliers d’écriture… et une anthologie de près de 80 poèmes pour la plupart contemporain. Pédagogie.
Que sais-tu des rêves du lézard ? illustration de Sandra Poirot-Chérif. Collection Que d’histoires CE2. Comme un carnet de voyage poétique… (2004). à partir de 8 ans. Isbn 2210623936


Roman

Aux éditions du Laquet

Ruendo des Merveilles. Illustrations des graveurs de la vallée des Merveilles (2000 ans av JC) ; relevé du laboratoire du Lazaret, Nice. (Jeunesse). 2002. 2040 ex. ISBN 2-84523-057-5. € 8. diffusé par les éditions Tertiums.
Ruendo met en scène la vie des graveurs de la vallée des Merveilles autour du mont Bego, 2000 ans avant JC ; ouvrage réalisé en lien étroit avec les archéologues du Laboratoire Départemental de Recherches Préhistoriques du Lazaret de Nice… A partir de 10 ans.

Editions Belem

Un grain de sable dans le Sine Saloum. Roman 2005 (collection prémices).– 11€.
Ce roman est sélectionné pour le prix des lecteurs en Seine à Elbeuf (76), le prix ados 06/07 de Neuilly sur Seine, de Vannes, de Bayeux. Il est le lauréat du 9e prix Gayant lecture 2006-2007 à Douai (59).
Suite à la liquidation judiciaire de Belem, ce roman n’est plus disponible.

Editions les 400 coups
Histoire du monde Illutration : Nathalie de Lauradour

Editions du Chat qui tousse. 2011.

Un bleu formidable, haïkus, illustré par Johan Troïanowski, é
Poésie contemporaine : pistes pour les enseignants. Editions du jasmin (pédagogie poésie

Carnet de Beyrouth, carnet du Dessert de Lune,. Poésie.
Ephémères du bouquetin, corps puce, 2010 poème en prose

Dernières présences en revues, presse… :
Traction brabant 38, Inédit 247, Gros Textes 3, Pages insulaires 16, Sipay 3, Point barre 8, Gros Textes 2, Tractiion-brabant 34, Gros Textes 1, Lieu d’être 38, Portulan 8, Libelle 201, Ici et là 10, Traction-Brabant 29, Point Barre 5, Encres vives 363…

En anthologies :
Du rire aux larmes, Expression Culturelle Editeur 2009
Francopolis, éditions Clapas, 2009.
Marine/marine(s) Donner à Voir, 2009
Terre, expression culturelle éditeur, 2008
Un amour d’enfance, Bayard Jeunesse. 2007.
Le trait, langue visage paysage, vol2. L’harmattan. 007
Carré comme une roue de vélo, 2006, épi de seigle
Le petit promenoir, cDDP de Grenoble, 2006
Chemin des poètes 2006 ; Durcet.
Agape/agape(e), éditions Donner à Voir, 2006
Le jardin de l’éditeur, éditions de l’Amourier. 2005.
Ailleurs, Cotcodi 64/65. 2005.
Dimanches… Dimanches… éditions Gros textes. 2004.
Visage/visages. Donner à voir. 2004.
Les mots doux du dodo, comptines, Casterman. 2003
Echappées, Cotcodi 16. 2003.
Bestiaire/bestiaires Donner à voir 2002
Détours par les montagnes Gros Textes 2002
30 poètes dans 30 collèges du var les cahiers de l’égaré 2002
Les mots partagés Donner à voir 2001
Soleil/soleils Donner à voir 2001
Dérive/dérives Donner à voir. 2000.
30 poètes dans 30 collèges du Var Les cahiers de l’égaré 2000
Le promenoir vert Cd rom CRDP Poitiers 1999
Voyage/voyages Donner à voir.1999
Poèmes pour s’éclairer à la luciole. Epi de seigle. 1998.
Jardin/jardins Donner à Voir 1998
Un livre blanc de toutes les couleurs Albin Michel 1997
Plaisirs/plaisir Donner à Voir 1997
Lumière/lumières éditions Donner à voir.1996.(épuisé)
Fine pluie mouche l’escargot Le dé bleu 1996
Le chemin des étoiles Musique et culture 1991 (épuisé)



Aux éditions du Parc du Mercantour
5 poèmes dans le calendrier 1999. Photos du Parc. Bilingue. Français-Italien.
Expositions
Trois poèmes dans l’expo photo C’est villes à la maison de poésie de St Quentin en Yvelines, hiver 2004.
Montagne, lumières et mots : photos de Jacques Drouin, poèmes de Patrick Joquel. Chapelle Saint Barnabé, 06 Val Pelens. Juillet août 2002.
Participe à la rédaction de l’exposition l’homme venu de la glace, crée au musée des Merveilles de Tende (06). Expo du 1 juillet au 31 décembre 1999.

divers :
Des poèmes accompagnent le guide de randonnées dans les Alpes du Sud « Mercantour » de Jacques Drouin aux éditions Séquoïa.
Membre du comité de sélection du prix de poésie Lire et Faire Lire organisé avec le Printemps des poètes.
Prix Jacques Bertin. Durcet 1996.
Et pour Internet

bienvenue sur mon site :
http://joquel.monsite.orange.fr 
et pour les animations
http://monsite.wanadoo.fr/joquel-animations
quelques poèmes et autres infos sur
http://monsite.wanadoo.fr/patrick.joquel
expositions d’originaux du livre Tant de secrets, ou autres titres, possible : nous contacter.
très courte présentation :
 Je suis né à Cannes (06) en 1959. Petit je rêvais de l’an 2000 et m’y voici. Un peu plus grand… Après avoir vécu et enseigné en lycée près de Newcastle upon Tyne (Angleterre), en collège à Kaolack (Sénégal), en primaire dans les villages de la Tinée (une des vallées du Mercantour – 06-), à Mouans-Sartoux (06) où j’habite depuis une quinzaine d’années avec Agnès et nos deux enfants, je suis à présent professeur d’école itinérant sur une Zil (Zone d’intervention limitée).
Je lis et j’écris principalement de la poésie mais pas uniquement : romans, albums, pédagogie… J’aime travailler avec les artistes… rencontrer les poètes…
J’ai grand plaisir à partir à la rencontre des lecteurs : dans leurs classes, les bibliothèques, les salons du livre…
J’aime autant la mer que la montagne, le soleil que la neige, les raviolis niçois que le poulet mafé de Kaolack, le tabouleh de Beyrouth ou le fish and chips de Whitby… et tant d’autres petits ou grands plaisirs qu’offre la vie…









Epuisés et non disponibles

Anthologies
Avec Michel Piquemal quatre anthologies chez Milan Jeunesse en 2004 ; arrêt de la commercialisation de ces ouvrages en mars 007. dommage….
Trésors d’amitié, illustré par Pascal Gaufre, ISBN 2-7459-1432-4
Trésors d’amour, illustré par Marie-Pierre Oddoux, ISBN 2-7459-1430-8
Trésors de voyages, illustré par Laurent Richard, ISBN 2-7459-1431-6
Trésors de chats, illustré par Caroline Faup , ISBN 2-7459-1433-2


A compte d’auteur
Pèlerin la mort est vivante
La mansarde froissée
Pints
St Thomas Club
Terres Brulées
Le taille silence
L’embacle
Un jour toi

Auto éditions
Palabre autour d’un puits
Contre toute haine la parole
Porter l’espoir
Une odeur d’herbes sèches

Compte d’éditeurs
Petite suite, clapas
Autour des feux, silence productions
Mistral, le geai bleu
La peau nue du poème, Le geai bleu
Requiem pour un millénaire, l’épi de seigle
Suite pour un no mans land, l’épi de seigle
Demain les papillons, l’épi de seigle
Aucun tropique n’est inaccessible encres vives, Collection EV. 1999.
En amont du langage encres vives, collection lieu (Mercantour, Queyras, Savoie). 1998


EXTRAITS

Je lui ajoute trois petits cailloux

*
Je monte à l’ombre des sommets. Parmi les pierres rosées. Les tapis mauves des rhododendrons contrastent avec les verts des mélèzes.

Passé le verrou le lac des Terres Rouges
je quitte le souffle et la rumeur du torrent pour entrer dans le silence

Le lac
Ecole et miroir de silence

Marcher seul
c’est pénétrer cette jubilation paisible du sans bruit
entrer dans la transparence

Le lac offre aux bleus les couleurs de chacun de ses cailloux
effleure la rugosité du minéral
une risée cligne sa paupière
un frisson les efface un instant

Sous la baisse Druos lovés dans leurs écrins d’ombre
quelques névés crissent sous le pas
ils tentent la soudure avec le prochain hiver

Bleu lac
Rouge caillou
Couleurs polies des courbes glaciaires

Baisse
Frontière
Ici les eaux coulent vers l’Adriatique
et sous le col
cet inévitable abri militaire
explosé par le temps

*

Les bras hissent le corps
les jambes le poussent
le cœur tient le rythme et ne rate aucun battement
pourvu qu’il tienne ainsi longtemps
tant de sommets m’attendent
ou plutôt non
faudrait pas se croire
aucun sommet ne m’attend

Ils s’en foutent les sommets
de ma chair et de ses étincelles

Je me transporte jusque là-haut
par pur plaisir

Au sommet du Malinvern deux chamois me soufflent un clin d’œil distant

- A toi de tenir l’endroit, semblent-ils me dire. Prends la relève. Que tout ce paysage ne demeure inutile mais qu’il flambe à ta joie. Qu’il s’infiltre en tes neurones et se grave en ta mémoire.

Le cairn sommital mince élancé
un défi aux vents
à la pesanteur
rive le Malinvern à la Terre

Je lui ajoute trois petits cailloux
puis je me laisse traverser par le paysage
absorber par l’arc Alpin
*

Sur la Voie Royale et sous le soleil trois bruits m’accompagnent
celui des cailloux
quelques mouches
quelques mots songeurs
et le vent dans mes oreilles

Par moments le chant des eaux libres emplit l’espace puis disparaît sous les pierres il réapparaît plus loin comme une source fraîche et s’en va bercer les massifs de rhododendrons
s’en va écumer sa gambade vers le lac

La route coule ses pierres
chemin dallé
pavé
murets enjambant le vide

Comment ne pas saluer en marchant ici la mémoire de ces hommes qui ont transformé leur vie en route
échangé leur temps contre celui du chemin

Le lac Claus infuse ses derniers névés
je m’y trempe
rapidement
le froid de l’eau délasse instantanément les jambes
les muscles

le corps emmagasine cette fraîcheur
comme une caresse interne

Le soir au refuge formuler à nouveau des mots me pèse et peu importe leur langue après la solitude et le silence parler devient un effort

Les ombres reviennent
elles éteignent les névés
s’accrochent aux anfractuosités des rochers
elles s’appuient sur eux pour dérouler leur obscur tapis
elles glissent les pentes
sûres d’elles mêmes
le crépuscule et la nuit les suivent
*
Au lever du jour la mer de nuages monte de la plaine du Pô
et vient écumer la vallée
sous mes pieds
sous mes yeux
blanche et légère
ourlet d’écume et de silence
mousse embrasée
soleil rasant

Je vais entre blanc et bleu sur l’ancien chemin royal dans l’ombre d’un roi chasseur et sauveur du bouquetin

Après la nuit les muscles tirent
la marche et le soleil les assouplissent
pas à pas
pour la prochaine ascension

Je poursuis mon imbrication dans le silence
et l’émerveillement

Marcher ainsi dans le cloître minéral permet d’arpenter les sentiers de la liturgie du jour

Certains pour cela s’immobilisent entre les briques de leurs monastères
d’autres dans l’incertain de leurs ermitages
je préfère l’action
la déambulation
l’espace et cette confrontation au réel de la terre
être en prise avec
et tout en traversant ses espaces me laisser traverser par son silence et ses souffles
ses bleus
sa vie

L’œil suit la pente le corps s’élève et l’esprit tourne en silence
offert à la beauté
au vent
juste affiné au silence
aux cascades
juste éparpillé aux mille feux flambants des pierriers

Le soleil chauffe
évapore les nuages
reflux de la mer
la terre réapparaît
fidèle

*
Vallon du Préfouns
totalement minéral
névés sur cailloux
glace sous les pierriers

Je croise un chamois avec au cou une balise Argos je jette un œil à mon écran téléphone je suis ici hors de tout réseau plus inconnu que le chamois

Femelles et cabris traversent le vallon
légers
bondissent
puis leur pelage les camoufle parmi les pierres
seul un caillou parfois les localise à l’oreille

falaises
dents
aiguilles
la montagne a été déchiquetée par la glace
morcelée

Sous le pas l’inévitable abri militaire squatté par les bouquetins

Sur ce col les eaux se partagent
vallée du Pô vallée du Var
un sourire et je pisse sur les deux versants

Le vallon au sud s’élargit en auge
un chapelet de lacs
le lac Nègre et ses petits lacounets méditent la course du soleil

le vert gagne
plus de douceur de ce côté

les chamois jouent cabrent cabriolent sur la neige
insouciance de vie ?
simple joie d’être ?

Venir ici et partager cet instant
cela me rend plus humain
plus terrien
plus

Je longe les lacs
parmi des blocs éclairés de rhododendrons


Sous les lacs j’entre dans les mélèzes cela repose les yeux les pieds le dos les ruisseaux parmi les orchidées
le sentier porte en douceur le dernier col

Je m’interroge sur cette douceur
Mélèze
*

©Patrick Joquel
isola 2000 terres rouges baisse druos malinvern lacs de valscure lac de claus refuge cuesta pas du préfounns lac nègre mélèzin de molières col mercière isola 2000, juil.-08

***

Ephémères de l’araignée de la cigale
09 ©Patrick Joquel
http://joquel.monsite.orange.fr

*
Nous arpentons d’anciens chemins muletiers. Bordés d’oliviers échevelés. Les restanques résistent, pierres serrées. Les maisons ont lâché leurs tuiles. Rêves envolés. Terres désertées. Les vallons ont repris leurs cavalcades sauvages. Silencieuses. Nous n’y croisons personne. Pas même une ombre. Les rires des cueilleurs sont trop lointains. Perdus dans un temps obsolète. Les ronces défendent souvent les accès. Cherchent à couvrir le sentier. Nous y abandonnons des lambeaux de toile et de peau. Marcher nous dénude. Marcher nous remet au monde. libres et neufs. Dans une joyeuse nonchalance
*
Il semblerait que je ne réussis plus très bien à ralentir la Terre. Pourtant je m’applique à garder le nez en l’air. A regarder les nuages (ça ne manque pas cette saison). Ou les petites perfections du jour. La vie fonce et me traverse. J’en suis toujours étonné
*

La pleine lune ouvre le bal des mimosas. Petits grains à croquer le bleu formidable d’ici. Leurs galaxies crues et par grappes broutent la lumière. Notre petit soleil y chauffe ses yeux. On respire un peu plus léger. On se dit que décidément l’hiver passera. Que les jours roulent leurs pollens. Nous éclairent. Nous mûrissent. C’est drôle. On les attend les mimosas. On s’y attend. Et cependant la surprise demeure intacte. Quel jaune réussi ! Et si neuf

*
Le poème est voyageur. On le lit et pof ! on se retrouve ailleurs. Dans son paysage de poème. Ce lieu un peu flou. Un peu comme dans un songe. Où l’on reste ébahi. Comme en contemplation. Les mots du poème éveillent tant d’échos en nous qu’on demeure à les écouter rouler. Tant d’images. Tant de sensations. D’ouvertures. Lire un poème c’est parier sur l’Intelligence d’être. C’est jouer le réveil total. Vivre la vie haute. Voyageurs nous nous croiserons bientôt
*
Le rouge-gorge est passé picorer le balcon. Un peu de légèreté rouge pour sautiller ce début de jour gris. Quelques plumes pour le garder au chaud. Au tendre. Cela peut suffire pour dérider ces nuages sans imagination. Ce matin ils ne sont pas joueurs : leur gris uniforme semble résonner avec la fureur des gouvernants. Oui un rouge-gorge suffit pour franchir la balustrade et se retrouver du côté du vol. Hors glissières de sécurité et sans ceinture. Nu au libre soleil intérieur
*
L’eau s’enfuit. Sur des blancs multicolores et des rires palpables. Joie des eaux à jouer la lumière au plus obscur des vallons comme aux soleils des fontaines. Joie des eaux en cascades abandonnées. Après tant et tant d’immobilité, les voici qui renouent avec le fluide et l’exploration. Alternance. Question d’équilibre
*

Vivre en suspension. Léger. Tenir l’équilibre. Aérien. Rire de cela. De ce qui met en mouvement. pour demeurer dans le juste avant la perte. La chute. Rire. Oui. même en jaune. Même en noir. Rire ou mourir. Existe-t-il une autre alternative
*

il pleut sur les blancs cerisiers. Derniers chants de merles. Premiers coassements. Ceux qui tiennent nos fils de marionnettes les coupent un à un. Nos parapluies prennent l’eau. Nous n’avons plus besoin de larmes pour mouiller nos visages. Cependant nous continuons de tenter d’allumer des contre-feux dérisoires. Nous sommes têtus. Nous voulons vivre. Ou tout au moins survivre. La promesse des cerises, nous y croyons. Encore et toujours. Nous sommes ainsi. Nous ne voulons pas céder
*

Une fleur. En marche. Vers où ? Le fruit ? La graine ? Un avenir. Possible. Une fleur en marche. Comme un humain. Léger. Pour un pas. Curieux. Vivre curieux. Vivre pétillant. En mouvement. Jouer avec les horizons. Leurs lignes. Mouvantes. Leurs lignes dérobées. C’est cela. Dérober un pas de plus à la vie. Jouer à aimer. Aimer et ne plus jamais mourir
*
Chaleur grise. Chaleur moite. L’impression de beau temps… dit la météo. Du gaspillage oui ! Des nuages qui ne servent à rien. Qui s’interrogent… Pleuvrai-je ? Oragerai-je ? Cocher la bonne case et tous ces mensonges statistiques. Farniente ou précipitations, faut choisir ! Vivre au tranchant de la joie
*
Le temps vaque à ses occupations. Nuages. Brises. Hauteur du soleil. Sans se soucier de moi. Ni d’aucun d’entre nous. Pas de favoritisme à cette échelle. C’est à chacun de faire tout le boulot. S’accorder à l’instant. Précis. Se tenir présent au croisement de l’espace et du temps. Longitude. Latitude. Horaire. Tout cet artifice mathématique pour rendre compte d’un présent. Ce cadeau étrange. Bizarre. Qui me (nous) traverse sans que j’y comprenne rien. Rivé à cet échafaudage de chair électrique. Sinon le flux des émotions. Des sensations. Qui l’accompagnent. Cette traversée. Aujourd’hui je me débrouille correctement. Malgré les croques en jambe du jour je maintiens l’état de grâce. Relativement haut. Paisible
*
La forêt. Son silence oiseaux. Ses reflets de toiles. Pièges gluants. Rien. Aucun endroit n’est juste doux. La mort demeure à l’affût. Pour vivre encore un peu. Se gorger de lumière et de fougères. S’émerveiller d’autant de réussites. Traverser la forêt. Remonter la pente jusqu’à sa crête. Jusqu’au ciel. Par pur plaisir. Joli programme pour un heureux jour. Cependant gaffe aux araignées
*
Les cigales. J’aime ces journées bleues où siester à l’ombre de leurs crépitements parait être la seule occupation sérieuse. Les arbres par exemple demeurent bien immobiles sous leurs pattes. Sans pour autant oublier les jeux de saison. Se rendre présent au monde résiste bien souvent. Sans doute l’homme a-t-il trop de neurones. Trop de désirs. Rêver suffirait davantage. Voilà l’enjeu. Devenir aussi silencieux qu’un olivier accroché aux cigales. Sous le bleu merveilleux d’ici
*
Face à la mer. Comme au soleil levant. Et plongé dans le silencieux ressac. Le bleu merveilleux de la méditerranée m’illumine. Je me réinitialise à la planète. Là. Juste à ma place. A cette place. Un peu de sable. Et d’écume. Mes quelques kilos de chair traversée par le souffle. Et le désir. Je me tiens debout. Mains ouvertes. Les mots étayent ma conscience. Vivre est si simple
*
Et bien voici l’été. Ses bleus. Ses longues plages ensoleillées. Ses cheminements aériens. Ses ivresses de crêtes et de sommets. Ses forêts magiques. Ses torrents étincelants. L’été. Ses lectures au bord des cigales. Ses rêveries. Son temps et sa liberté. Bien sûr. Rien n’est tout à fait parfait. Des inquiétudes. Et autres soucis entravent le farniente. Pèsent sur les épaules. Rétrécissent le sourire. C’est ainsi. La vie
*
grand vent. Rafales de cigales. Larges à plats de bleus. Ce bleu merveilleux d’ici. Silence balayé à jolis envols de poussières et de feuilles. Tout se balance et s’agite. Sèche. Se déshydrate. Comment vivre sans cet éclat ? Sans cette lumière ? Sans ces caresses de l’air sur ma peau ? L’air comme l’eau explorent chaque parcelle de mon corps. Même les plus secrètes. Doux plaisir de vivre accordé à cette planète


premiers destinataires de ces éphémeres dans l’ordre alphabétique

Clotilde Bernos
Jean-Michel Bongiraud
Odile Bonneel
Chantal Couliou
Claude Held
Jacqueline Held
Renée Moreau
Gérard Pons

Et les élèves de l’école de Marmoutier

***

Extrait Un chuintement d’air
Editions Soc et Foc

1
Au Nord
l’adret du Doublier
altitude

Au Sud
la Méditerranée
noyée au soleil

Sais-tu
que certains matins d’hiver
du mirador
on aperçoit la Corse

Devant toi
le mur béton
altitude 700 mètres

Silence épais

Souligné
d’un chuintement d’air

D’un jacassement de pie

Devant toi
la porte

Le verrou claque

Derrière toi
ça résonne


1BIS

Devant toi
long couloir
sans fenêtre

Devant toi
la grille

Le verrou claque
le bruit résonne

Devant toi
le carrefour
le poste du gardien
le gardien
uniforme

Derrière toi
la grille

Devant toi
la grille

Le verrou claque
son bruit résonne

Devant toi
nouveau couloir
tu avances

De chaque côté
des portes

2
Closes sur elles-mêmes
comme autant de coffres
dont on aurait égaré les trésors
les cellules se suspendent
aux trousseaux de clefs
des gardiens

Le cri des serrures
étouffe
un à un
les mots

Leur identité s’effiloche
aux aspérités des chiffres

Entre les mots et le poème
le choc sourd des verrous
électroniques

3
Ici
respirer déchire la langue

Elle s’accroche aux barreaux

Elle s’y suspend

Comme un linge
en l’absence de vent
elle se tient muette

Quel poème
oser
pour donner forme
à l’ombre
et
grimper
au plus haut du langage
afin de renouer avec le sens

***

Extrait d’Un bleu formidable aux éditions du Chat qui tousse


Lac miroir silence
Soudain le saut d’un poisson
Point d’exclamation

Autour du rocher
rhododendron fleurit rouge
Etreinte de bois



Discrète érection
Saxifrage à fleurs multiples
Orgasm on the rocks

Et d’embruns brumés
les rouleaux grondent la plage
Leur colère blanche


Eclat noir d’écume
je cours ivre d’océan
Ce monde est si neuf

Heureux mouvement
mon corps brassé dans les eaux
Peau neuve et sablée


Midi fond en bouche
L’été sucre ses raisins
Dernière cigale


Pain et tapenade
Partager le bonheur noir
d’un vieil olivier


Cigale ou lézard
dans une odeur de grillades
le présent nous tient

Chaude après midi
Bercé par la haute brise
un peuplier rêve


Parfois tout déborde
Joli bonheur d’être heureux
Juste un pas plus loin

Midi 9 septembre
un homme cueille des figues
jusqu’à l’évidence

Dimanche 28 Septembre 2014
Lu 1407 fois

Dans la même rubrique :

Emmanuel MERLE - 01/10/2019

Michel COLLOT - 07/09/2019

Régis LEFORT - 09/05/2019

Emmanuelle BOBLET - 06/04/2019

Fred GRIOT - 31/12/2018

Laure GAUTHIER - 20/11/2018

1 2 3 4 5 » ... 13

PARCOURS ET PUBLICATIONS | REVUE DE PRESSE | EXTRAITS D' OUVRAGES | TEXT TRANSLATION IN ENGLISCH, SPANISCH... | ARTICLES ET CONFERENCES | EN REVUES ET ANTHOLOGIES | ACTUALITES | INFORMATIONS DU MOIS | ATELIERS | LIBRES PAROLES







Les News








ANTHOLOGIES ET PUBLICATIONS COLLECTIVES

Je prends note
Anthologie poésie
Bipval (Biennale
des poètes en Val
de Marne) 2011
Editions
Action Poétique

Burqa ? essai,
Claude Ber,
Wassyla Tamzali,
Éd. Chèvre-Feuille
Étoilée, 2010

Couleurs Femmes
Anthologie poésie,
Éd. Castor Astral 2010

Et si le rouge
n’existait pas

Anthologie poésie,
Ed. le Temps des
cerises 2010

Voix de l’Autre
essai, Actes du
Colloque Littératures,
Université de
Clermont-Ferrand
Ed. PUF 2010

Que peut la littérature?
Ed. Calliopées 2010

La poésie érotique
française contemporaine

Textes rassemblés par
Giovanni Dotoli,
Ed. Hermann, 2011

Enfances
Anthologie
Printemps des
Poètes 2012
Ed. B. Doucey

cb
22/11/2010