IMAGES







Recherche

Inscription à la newsletter


Achat livres

Les livres de
Claude Ber sont
accessibles
sur internet.
Pour accéder aux
achats en ligne
cliquer sur
sur les icônes
de couverture
des livres.

cb
09/02/2011



L'invité du mois

LA FORÊT DES SIGNES (P 2)

LA FORET DES SIGNES COMPREND PLUSIEURS PAGES.
VOUS POUVEZ ACCÉDER A LA PAGE SUIVANTE EN BAS DE CHAQUE PAGE.



CHIARA MULAS


BRONWYN LOUW

Parterre


Par terre le printemps vient se mélanger à l’hiver
au ras du sol des fleurs aux cœurs jaunes
comme des œufs. Et chaque brin d’herbe
chaque détail de mousse – même les feuilles
brunes les tiges jaunies – recouverts d’une
gravure fuyante de givre, marqués ou
peut-être même morts de la persistance
d’un froid qui n’est jamais vraiment venu
mais qui ne part pas non plus.
Poussent dans l’incertitude entre saisons incertaines
quantité de plantes d’un sol richement recouvert.
Cette richesse rompt avec mes habitudes.
Là où je vis le jardin était du béton il y a peu.
Chaque fois que le vert y pousse, qu’y vient
une taupe, ou des vers de terre, on s’exclame
comme du premier pas d’un enfant,
ou d’un convalescent de très longue date.
On pousse des cris heureux quand on voit revenir
même en procession précaire, lentes, les vies du sol.
Ici au verger mi-friche, cette vie n’est pas partie,
ou elle est revenue pour rester il y a assez longtemps
pour exister en splendeur de nombre, d’épaisseur,
aisance de richesse variante qui fait oublier
l’attente dans le presque rien, le maigre espoir
qui vit d’évanouissement en soubresaut, la vie
après la coupure des eaux communicantes.
De toute évidence il y a des choses dont il est
très difficile de revenir. Je n’ai pas l’impression
d’être trop mélancolique en l’écrivant.
Je suis d’un monde aux prises avec une difficulté
de retour, après avoir engendré de l’insoutenable.
Je me dis qu’un début de retour par détour
est de se pencher sur les dessins du sol.
J’entends Nina Simone chanter-crier Mississippi Goddamn,
jetant sa tête en arrière, ses mains sans relâche
engendrent leur rythme menaçant au piano

I’m going home now, going home now,
going hooome now.

Bronwyn Louw
Inédit à paraître in Pensée de verger



PABLO NERUDA

Je ne suis pas seul dans la nuit
Je suis peuple, innombrable,
J ai dans ma voix la force pure
Qu'il faut pour franchir le silence
Et germer parmi les ténèbres.

Pablo Neruda
Envoi Michel Azama

CHANTAL DUPUY-DUNIER

Certains hêtres
portent des feuilles écarlates.
Dans leurs nervures,
la même sève que celle
qui irrigue nos veines
et celles des agates.
Leur armure argentée les rend semblables
à de grands poissons verticaux.

La forêt nous habite
en même temps que nous l’habitons.

Transfusion d’air,
l’arbre poumon insuffle son haleine dans ma bouche.
Ma langue devient feuille vibratile.

Chantal Dupuy-Dunier
(Inédit)

SERGE PEY

Écrire un poème sur la lumière
c’est inlassablement
trouver un synonyme
comme une image
qui se reflète dans un miroir brisé

Nos mains saignent
en ramassant les tessons
des images sur la route

Le silence est fracturé
en mille morceaux et pourtant
on n’entend rien

Le jour où nous avons appris
à faire des nœuds
avec les lacets de nos souliers
nous avons soudain grandi
comme le miroir dénoué
qui nous regarde

Le premier nœud
nous a appris aussi à nouer
le chemin sur lequel on marche
C’est lui qui nous a appris à nouer

La poésie
est un immense synonyme de la vie
qui regarde tous les synonymes de la mort
comme dans un miroir

L’univers est le double
d’un autre univers
que nous ne connaissons pas
comme une paire de chaussure
dont chaque pied
noue la chaussure de l’autre

Ce n’est que plus tard
quand nous n’avons plus de chemin
que nous apprenons
à dénouer nos chaussures

Dénouer une chaussure
est un art supérieur
à celui de les nouer

Nous devenons ainsi
en un instant libres
devant le synonyme unique
de l’univers
qui nous regarde
et à qui rien ne ressemble

Un poème n’est que le synonyme
d’un autre synonyme
dont nous avons sacrifié
les nœuds pour l’empêcher de saigner

Un poème est un garrot
un nœud sur une chaussure
qui ne connaît pas son chemin

L’univers
nous apprend à faire des nœuds
à nos souliers
car lui-même est un soulier
qui vole un de nos pieds
pour en faire un soulier

Tout chemin est fait de souliers
qui se prennent
aussi pour des miroirs
qui parfois défont un à un
tous nos synonymes

Un soulier
est toujours un pied nu
qui cherche infatigablement
son autre pied

Serge Pey
Extrait de Apprentissage des synonymes

***

l’infini
peut être divisé en deux
mais l’acte même de cette division
réalise deux parties
qui ne sont pas infinies

quand on coupe l’infini en deux
il commence par le point qui le divise
en deux morceaux

voici venir
les neiges rouges
voici le chant
des chemises égorgées

ainsi en commençant quelque part
l’infini cesse d’être infini
et crée deux droites
dont le bout est infini
mais dont le départ pour l’une
et l’arrivée pour l’autre sont finis

la division d’une droite
divise aussi le poème

car il s’agit de convaincre ceux
qui ne croient pas
même parmi nous
mais qui remontent les horloges
en fermant les yeux
pour fixer une par une les lettres
du nom de l’horloger

nos vieux morts
ne pèsent jamais l’espérance
car ils savent
qu’elle se retourne
comme une pauvre veste
à la doublure déchirée

les porte-manteaux
ne sont pas des balances
et les poches pèsent plus
que leurs vestes
de carton

pour cette raison
jamais nos morts ne meurent
quand nous décidons
que le rien n’est qu’un instant
et que la joie ne ressemble jamais
à un éclat de rire

Serge Pey
Site


GÉRARD CARTIER

Les sens.


Charmer l’œil de couleurs vives délicieux
Bénir la bouche s’enivrer au jardin
Des vents épicés délicieux flatter
De chants l’oreille et au cœur de la nuit
La main la main légère et tout le corps
À la suivre insatiable humide
À l'intérieur de miel et dehors de sueur
Étreignant sans trouver de salut
Convulsivement la chair une sœur
Douce à la bouche à l’œil enivrante
Qui doucement se plaint souple et mobile
Dans chaque pli des épices puissantes
Dont la raison défaille s’épanchant dans la nuit
Et rien ne peut plus nous reprendre l’œil
Obscurci la main tremblante à louer
La forme glorieuse qui nous anéantit
Et tous les sens embarrassés pourtant
Rien qui d’eux ne vienne rien
Qui échappe à ces tyrans d’où naissent
Tous les arts et les chants

***

Voilà... la vie est passée...


Cerisiers dans la croisée et le chant capricieux
Des linottes je suis ce vieillard en costume estival
Chancelant sous son passé rêver sous un nom autre
On peut être heureux de rien et de rien pleurer
Une femme passe dans un miroir mais d’elle
Rien envolée avec le printemps on peut frémir
Enfermé dans sa momie sous la nuit des cintres
Et se regarder souffrir la lumière change
À la vitesse des sentiments et c’est l’hiver
La neige en confetti volette sur les planches
On est seul maison abandonnée les lourds volets
Battent au vent miroir piqué de cendres
Au mur un portrait penche sévère égérie
Les cheveux tirés où nichent les faucheux
Ses yeux seuls semblent vivre tout l’art
Cède devant ce morceau de ténèbres
C’est presque le silence qu’il dure
Poignant jusqu’à ce qu’on meure à son tour
Mais non les voilà tous à sortir du tombeau
Et renaît même au milieu des costumes celle
Qu’on croyait à jamais perdue

Gérard Cartier -
Extrait de Le voyage de Bougainville, L’Amourier, 2015

JEAN-MARIE GLEIZE

la flaque n’avait plus de bords
il glissait sur la pente il allait tomber
l’odeur du bois mouillé était de plus en plus forte

Jean-Marie Gleize
Inédit


CHRISTOPHE LAMIOT

Qu’il fait un frais l’alentour
comme l’annonce d’un bien plus chaud
à venir

promis—plus que promis : de l’été
vient, s’avance
l’alentour, qu’il fait un frais

ralentir
inspirer profondément
écouter : un frais, l’alentour (parlent)—


***


LECTURE EN NORMANDIE ET AU SOLEIL DE LADY CHATTERLEY’S LOVER


Le pas à pas dans les livres
que les mots
tracent

plus jaunes que blanches, feuilles
portez mots
jours ;

pas à pas, partir, à suivre
que les mots
routes

pour passages que ces feuilles
mot par mot
fassent

partir, par pas à pas, vivre
que les mots
feuilles

été, ombrage les feuilles
matins, mots
marches

le pas à pas, trace à trace
dans les mots
livres.

Christophe LAMIOT
Extrait de Sun Bright, Bright (83-84), à paraître.

ANNE TALVAZ

Lorsqu’on doit désormais posséder sa clé propre,
l’insérer dans la serrure et tourner en sachant 
que personne ne viendra vous recevoir ;
 qu’on doit lancer une appel et que de son oreille sourde
 elle entend à peine ;
l’odeur de toujours de la maison vous enveloppe
 et la lumière du soleil aussi 
la vieille tante aussi mais quand je la prends dans mes bras
 elle souffle souffle souffle
***

Le passé est plein d’oiseaux.
Les étourneaux sous la pluie que j’essayai de dessiner.
Les mésanges acrobatiques sur la mangeoire.
La grive musicienne trop jeune qui me suivait en confiance
et à qui j’aurais volontiers donné un escargot ou deux. Les goélands beaux, méchants et puants 
au cri pleurard et poétique.
 La cigogne microscopique, en incroyable altitude, dont les ailes clignotaient
à la lumière du matin.
Les guêpiers confidentiels tournoyant devant leur banc de sable.
La buse avec sa grosse culotte.
Le pic qui se balançait sur une branche de saule pleureur
qui manifestement grouillait d’insectes.
La crécerelle en saint-esprit dont on souhaitait
qu’elle attrape sa proie
 tant elle persistait.

Anne Talvaz,
inédit

JEAN MARIE BARNAUD

On croit qu’on vieillira doucement
qu’on finira sa course
à bout de souffle
Un filet d’eau
qui se perd dans le sable
Mais non
La bête de l’âge
vient d’un bond sur la scène

Jean-Marie Barnaud
Fragments d'un corps incertain Cheyne éditeur, 2009, prix Apollinaire 2010
Envoi Marie Hélène Audier

BERNARD POZIER

Après la dévastation
quand craquent crispées les glaces
au seuil du soleil soudain
en dessous du blanc fracas
l’eau revient roucouler dans nos yeux

La débâcle dérive les blocs bruts
l’ultime peau de la neige recule peu à peu
l’herbe novice gagne du terrain
le fleuve ancestral s’élargit à nouveau
la fureur apprivoise la paix

Ours au sortir de l’hibernation
anti-climax du cataclysme
questionner l’existence de la réalité
croire au songe quel qu’il soit

Après le déluge ou l’apocalypse
à connaître désormais mieux la mort
la vie se fait-elle pour autant
plus ou moins importante qu’avant

Avec l’aube au printemps
sur la portée du premier remous
le jour augural rejoue l’aurore de son initial balbutiement

Bernard Pozier,
Post-scriptum, Écrits des Forges, 2011

TITA REUT

La mort dans l’âme
fait un bruit de saison
Coups sans secousses

Le disque tourne
gratte sur un filament
plus rouillé que la distance

Drôle de timbre
Une passion cardiaque
Tout le matériau fait écho
L’hérésie moucharde son poison

Voici mon déficit
dit le corps
à ce qui ne pense plus
mais réitère

Ni rage ni froissement
Un chose censurante
et comme relâchée
semble une nature
sans l’être

Attendre est le mot d’ordre
Peu à peu
les fils de la toile se retissent
Au centre
nous sommes une lune
qui cherche sa rotation

***

Jardins ouvriers
orée de jardin
Espace d’inachèvement
qui semble une philosophie
Suivant les saisons
la jachère et le plein

Alternance de durées
contraintes dans un espace

***

Parcelles de quotidien
semblent contaminer
la terre de pauvreté
Les simples les rares
ont la couleur du précieux

Les petites faims sont humbles

Tita Reut
Inédits


RENÉ CHAR

Commune présence (extraits)

II

Tu es pressé d'écrire
Comme si tu étais en retard sur la vie
S'il en est ainsi fais cortège à tes sources
Hâte-toi
Hâte-toi de transmettre
Ta part de merveilleux de rébellion de bienfaisance
Effectivement tu es en retard sur la vie
La vie inexprimable
La seule en fin de compte à laquelle tu acceptes de t'unir
Celle qui t'est refusée chaque jour par les êtres et par les choses
Dont tu obtiens péniblement de-ci de-là quelques fragments
décharnés
Au bout de combats sans merci
Hors d'elle tout n'est qu'agonie soumise fin grossière
Si tu rencontres la mort durant ton labeur
Reçois-la comme la nuque en sueur trouve bon le mouchoir aride
En t'inclinant
Si tu veux rire
Offre ta soumission
Jamais tes armes

Tu as été créé pour des moments peu communs
Modifie-toi disparais sans regret
Au gré de la rigueur suave

Quartier suivant quartier la liquidation du monde se poursuit
Sans interruption
Sans égarement

Essaime la poussière
Nul ne décèlera votre union.


René Char
In Commune présence - Éditions Gallimard / Collection Poésie

***

Le nu perdu


Porteront rameaux ceux dont l’endurance sait user la nuit noueuse qui précède et suit l’éclair. Leur parole reçoit existence du fruit intermittent qui la propage en se dilacérant. Ils sont les fils incestueux de l’entaille et du signe, qui élevèrent aux margelles le cercle en fleurs de la jarre du ralliement. La rage des cents les maintient encore dévêtus. Contre eux vole un duvet de nuit noire.

René Char
Retour amont, 1971, Gallimard
Envoi Corinne Leenhardt

PATRICIA CASTEX

De
 l'inconnu partout,
dans tous les noms que l'on se donne,

ou
que l'on prête
aux choses qui nous regardent.

On 
fait naufrage dans la beauté du verbe,

à
lire le reflet du sens
comme une carte du monde.
(...)
S’il
convient maintenant d’ouvrir les yeux,
ce
sera comme on remonte du fond d’un lac,
brasses
lentes de la pensée,
vers
la surface enfin
où nous attend d’une seule vue
l’étrangeté
des commencements.


°°°

Sur
la table,
les choses simples restent pour la nuit.
Le
bol et le pot ont leur éternité,
une
bonté peut-être de repères,
pour les errants que nous sommes.
(...)
À
peine avons-nous bâti pour demain, laissé
quelques pierres se resserrer autour du feu.

Nous
allons dans la lumière poignante
et le vent qui tourne.

Qu'aurons-nous
mis au monde d'autres que nous

Patricia Castex
In Chemin d’éveil éditions le Cheyne
envoi L’Antre lieu

HÉLÈNE DORION

Aurons-nous le temps d'aller très loin
de traverser les carrefours, les mers, les nuages
d'habiter ce monde qui va parmi nos pas
d'un infini secret à l'autre, pourrons-nous écouter
le remuement des corps à travers le sable;
aurons-nous le temps
de tout nous dire et d'arrêter d'être effrayés
par nos tendresses, nos chutes communes;

pourrons-nous tout écrire
d'un passage du vent sur nos visages
ces murmures de l'univers, ces éclats d'immensité;
aurons-nous le temps de trouver
un mètre carré de terre et d'y vivre
ce qui nous échappe;

je ne sais pas encore.

Hélène DORION,
extrait de Un Visage appuyé contre le monde, coéd. Le Noroît / Le Dé bleu, 1990
Envoi Jacques Fournier

RAINER MARIA RILKE

Note XVI

Que ce soit le chant d’une lampe ou la voix de la tempête, que ce soit le souffle du soir ou le gémissement de la mer, qui t’environne — toujours veille derrière toi une ample mélodie, tissée de mille voix, dans laquelle ton solo n’a sa place que de temps à autre. Savoir à quel moment c’est à toi d’attaquer, voilà le secret de ta solitude: tout comme l’art du vrai commerce c’est: de la hauteur des mots se laisser choir dans la mélodie une et commune.

Rainer Maria Rilke
Extrait de Notes sur la mélodie des choses
traduction Bernard Pautrat, édition Allia, 2008
envoi Françoise Ascal


FRANÇOISE ASCAL

Ce que nos bouches murmurent
dans l’obscur

ce que nos yeux entrevoient
dans la lumière

dites-le nous
hiéroglyphes
issus du songe

traduisez
notre effroi
notre espoir

sur la pierre l’écorce le sable
faites croître
une fleur de sens

Françoise Ascal
Entre Chair et Terre
Editions Le Réalgar, 2017.

ANTOINE EMAZ

Poème-lettre

on est allé jusqu’à ne plus savoir
comment
plus loin

un mur
indéfiniment

un jour
on ira
plus loin

d’ici là
le temps
comme pauvre
et la force prise dans l’attente
tendue
sans bouger

on reste
en face

à la longue
ça devrait
déplacer
le pays

ou bien
jusqu’à ne plus tenir
n’être plus tenu

un matin il y aura
une mémoire d’eau
une vaste pluie devant
rien d’autre

on viendra au jour
avec seulement
dedans
le temps ou l’air

on sera devenu
assez léger
pour passer


Antoine Emaz
In Caisse claire, Poèmes 1990-1997, Éditions Points, 2007
envoi l'Antre lieu

HÉLÈNE SANGUINETTI

CHANT DE VIEIL-AMOUR ENRUBANNÉ
(extrait)


6│
Ne pas mourir
ne, Veut, pas, mourir
mourir mais vif
ainsi courir se dérater
du couru Et transpire tombe
au pied d’un arbre marronnier
en fleurs de sa vie,

7│
STOP. Veux sortir
frémir couiner gogoter
dulciner passer les bras
plaquer le très grand frisé
hop la montagne
de l’autre côté
embarquer sur ton derrière
oiseau, à califourchon,
planter mes griffes, ah,
ne, pas, tomber,
Merci à Hospitalité légendaire
du conte, à
Hospitalité légendaire des
plumés chanteurs, à
Hospitalité légendaire de la
promenade au ciel,
allons !

8│
Dieux de toute la nature
faites que :
pupilles
rougissent
bleuissent
verdoient
à la fois


Hélène Sanguinetti
Domaine des englués suivi de Six réponses à Jean-Baptiste Para,
La Lettre volée, 2017

PATRICK QUILLIER

WING KARDJO ENTRE GARUT ET JAPON

Je suis Wing Kardjo. Je meurs au Japon
Le 19 mars 2002, moi qui
Suis né le 23 avril mille neuf
Cent trente sept dans la bonne ville de
Garut, au cœur de la Province de
Java occidental (Indonésie).

Mais entre ces lieux et entre ces dates
Il s’est passé pour moi beaucoup de choses :
Amours, événements, péripéties,
Études, lectures, méditations,
Rencontres, controverses, discussions,
Et toutes les espèces d’aventures,
Les unes (la plupart), si minuscules,
Les autres (quelques-unes), formidables,
Et ainsi de suite comme dans la
Vie de tout un chacun.
Et même si,
Comme le dit Alberto Caeiro,
Entre ces lieux, entre ces dates, tous
Les jours furent à moi, je vous le jure :
Tous les jours furent aussi, autour de
Moi, à toutes celles et à tous ceux
Que j’aimais, et à travers eux, au monde
Entier. Mais vous savez tous ce que c’est.

Je vous redirai aujourd’hui le flux
D’images qui, dans les tout derniers jours,
M’envahissaient avant mon agonie.
Des doigts, des doigts si beaux, si décharnés,
Qu’on aurait dit des modèles de doigts
Platoniciens, si l’on avait envie
D’ajouter foi au beau récit de la
Caverne, donc en un mot comme en cent
Des doigts en soi, pareils à des racines
Que je voyais fouiller sans fin la terre,
Toujours plus loin, toujours plus loin, au cœur
Du noir… Parfois, ces doigts, je les voyais
Qui écrivaient des mots vraiment tranchants,
Bien plus tranchants qu’un couteau affuté
Quand il pénètre et déchire le corps.
C’était alors un long écoulement
De rêve au long des artères, des veines,
Jusqu’au moindre des vaisseaux capillaires.
Je le voyais, ce rêve récurrent,
Bondir comme une vague déferlante,
S’écraser sur ma rive imaginaire,
Repartir vers la haute mer de mes
Aspirations, puis se précipiter,
Horde d’écume et de fracas, amas
Mobile d’une masse menaçante,
Vers la grève, afin d’avaler la terre.
Parfois, j’aimais dans ces lames labiles
Leur colère dépourvue de pitié.
Je me disais que là était la force
Qui consentait un peu que nous vivions
Mais qui tôt ou tard nous engloutissait
Irrémédiable, lame sans retour.
Sans doute avez-vous deviné pourquoi
Ici je vous redis ces obsessions :
Elles ont traversé la nuit des temps,
De génération en génération,
Mais nous manquons parfois à la leçon
D’humilité mêlée de force qu’elles
N’ont eu de cesse de nous délivrer.

Voilà, dans ce flux et reflux je suis
Mort. Ce même flux et reflux où j’ai
Vécu. Et nous partageons vous et moi
Cet héroïsme de tous les instants.

Je ne veux surtout pas en rester là
Avec vous. Entre héros des moments
De tous les jours et de toutes les nuits,
Nous nous devons de partager ce qui
Nous a marqués au sceau du mémorable.
Par exemple mes heures à Paris
Où, dans un café place Saint-Michel,
Je venais m’asseoir n’ayant rien d’autre à
Faire que regarder autour de moi
Les gens bavarder avec ou sans hargne,
Les couples s’embrasser dans un sourire,
L’essaim des employés tourbillonner.
Je pensais alors à ces vers puissants
Que toute une pléthore de poètes
Futuristes, sans doute fécondés
Par le cher Walt Whitman, ont dédié
À la foule moderne dans les villes,
Cette si merveilleuse faune des
Bas-fonds de la vie dont parla un jour,
Cyclothymique, Álvaro de Campos.
Alors je me mettais à composer
Des vers méticuleusement écrits
Mais creux car ils étaient inattentifs
Aux misères humaines comme à celles
De tout le vivant dans le monde entier.
J’étais semblable à Pablo Neruda
Dans ses premiers recueils inféodés
Aux carcans de la subjectivité.
Ailleurs, un peu partout, se poursuivaient
Les guerres, nuit, matin et soir, sans trêve,
D’autres humains continuaient leur lutte
Pour améliorer leur condition,
Pour affirmer avec force et fierté
La singularité de leur culture
Menacée par la terrible avancée
D’une irrémédiable uniformité.
Comprenez-moi bien : je ne prêche pas
Pour défendre ici les identités
Meurtrières ni contre les valeurs
Proclamées par quelques déclarations
Universelles. Je dis simplement
Qu’à l’époque, à Paris, dans ce café
Place Saint-Michel, j’étais éloigné
Des combats communs de l’humanité
Tout en communiant avec mes semblables,
Sacrée contradiction pour un poète !
Mon univers se réduisait à ça :
Une cour sans soleil, sans douleur grande,
Sans rien qui puisse causer de l’envie,
Du soupçon, de la jalousie. Mon lot,
Je l’acceptais en tentant d’être sage,
Me comblant de mots, mon seul héritage,
Ne demandant rien, ne protestant pas,
Comme un enfant mais aussi comme un homme
Se souvenant d’avoir lu dans l’extase
Les maximes de paix, d’ataraxie,
Du subtil médecin Ricardo Reis.
Et puis peu à peu l’hiver harcelait,
Souffle venant du nord telle une pointe
De douleur, cet homme désemparé,
Tiraillé entre sa vie quotidienne
De poète quelque peu désœuvré
Et son amour fou de l’humanité.
L’hiver faisait monter du sol gelé
Un immense message de détresse,
Un appel général à l’amitié,
Alors, dans la conscience solitaire,
S’allumait tant bien que mal la chandelle
De la sollicitude universelle,
Et un je-ne-sais-quoi comme de l’âme
Se sentait submergé par le besoin
De questionner. Et je sentais fort bien
Que ce rien d’âme était en tout le monde,
Pas seulement en moi. En vous aussi
Par conséquent, qui m’écoutez, sincères.

Il faut que je vous dise sans ambages
Que j’ai parfois dessiné mon portrait
En poète maudit, et je vous dois
De vous expliquer pour quelle raison.
C’est qu’un maudit n’est pas ce que l’on croit.
Inutile de le guetter aux portes,
Aux fenêtres, dans la lumière de
La lampe. Il n’est là véritablement
Que lorsque les petits sont endormis,
Enfin perdus dans le rêve serein
Que leur offre l’amour qui les entoure.
C’est qu’il est parti errer au hasard,
Les yeux dans les étoiles, dans la lune,
Dans les nuages que le vent transforme.
Il toussote, il est sans repos, il pense
Aux mille liens qui l’attachent au monde,
Lui qui sait qu’ailleurs est la vraie vie.
Écoutez ses pensées et apprenez
Que son rêve idéal, depuis longtemps,
Récuse l’enfer doux des servitudes
Consenties, jour après jour, nuit après
Nuit. La nuit, parlons-en, justement !
Amère, une vision lui alourdit
Les paupières, parce que dans sa nuit,
Même s’il va aussi vers sa lumière,
Un rideau d’ombre plus que sombre voile
Les yeux, nombreux, qui regardent depuis
Demain. Certes, me direz-vous, voilà
Le lot commun que les temps nous assignent.
Certes, me direz-vous, il faut lutter,
C’est cela qui compte, pour l’existence,
L’existence dûment dotée du sens
Des responsabilités. Vous avez
Peut-être raison, mais pour lui, poète
Maudit, ce sens que l’on invoque pour
Mieux courber l’échine l’insupporte :
Il le trouve lourd, lesté des semelles
De plomb qu’ont toutes les copies conformes
Qui ne pensent qu’à saisir à deux mains
L’ensemble des obligations concrètes.
Lui, il aspire à la désinvolture
Du vent qui vient souffler là où il veut.
C’est ainsi que fidèle à l’horizon
Oblique que lui trace le soleil,
Il va-et-vient, vilipendant partout
L’insupportable pesanteur du monde
Tel qu’il lui apparaît. Et malgré tout
Il ramène aux petits quelque pitance,
Que l’assiette tendue ne soit pas vide.
Ce poète est semblable au vagabond
Des cités anonymes, ce pauvre homme
Si répandu et pourtant invisible,
Tremblant de désarroi dans l’existence
Précaire où tout ressemble trop au jour
Quand il décroît très vite sous le vent
Mauvais qui souffle fort en appelant
De ses âpres rafales la nuit noire.
Vous devinez sa déception, peut-être,
Celle d’un homme qui voit tout le monde
Se noyer dans des torrents de formules :
Gabegie, corruption, prostitution,
Dette publique, déficit public,
Chômage, inflation… Perplexité sans
Issue. Et en effet, il dit : « Loin de
Moi tout cela, que m’importe la vie
Qui n’est qu’un pari. Il faut en finir ! »
Alors, comme dans un conte, il évoque
Un nouvel ordre, un ordre solidaire.
Mais dans cet ordre aussi il ne possède
Encore et toujours que l’univers des
Mots, signes et symboles impuissants.
Ah, quelle rage immense le saisit,
À bien comprendre que, dans sa dérive,
Il ne fait rien de plus que tous ces autres
Qui suivent sans broncher apparemment
L’engrenage inflexible qui les broie.
Quelle rage, mais aussi quel amour
Renouvelé pour les déshérités,
Ces héros des moments de tous les jours
Et de toutes les nuits. Pendant ce temps,
Sans discontinuer depuis Platon,
À coups de ratiocinations variant
Selon les idées dominantes de
Chaque époque, l’on argumente pour
Chasser de la République Idéale
Le poète. Dangereux, le poète
Qui ensorcelle les cavernes de
Vertige, qui jette un charme insolent
À toutes les grottes secrètes de
L’esprit. Oh oui, dangereux, ce maudit
Qui s’occupe de la plante fragile
Aux incalculables vertus, qu’on nomme
L’âme. L’ordre des logiques binaires,
C’est du plomb que vient vite altérer
L’albe alchimie chimérique du chant.
Nous devons tous nous sentir les victimes
Sacrificielles de cette beauté
Irréelle et vaine, dont tout poète
Maudit a versé partout le poison
Chatoyant. Et cela, sans oublier
Qu’en même temps il faut nous acquitter
De tous nos devoirs humains. La nuit ronfle,
Les petits ont fermé les yeux, on parle
Dans un sommeil dont on entend sans cesse
Le ressac, écume, fracas, amas
Mobile d’un embrun bouleversant.
La fleur de beauté que nous cultivons
Dans le souffle du vent vient se mourir.
Nous rentrons. Nous venons toquer à la
Vitre comme un reflet échoué sur
Les récifs. Pitié, ah, pitié pour nous !

Dans le dense brouillard qui vous saisit,
Vous les vivants, à m’écouter ainsi,
Je voudrais bien vous adresser, bonheur
Léger, ce mot de Pessoa : « C’est l’heure ! »

Patrick Quillier
Inédit, fait partie d'un des quatre volumes prévus d'une Épopée des épopées, dont le premier volume Voix éclatées (de 14 à 18), Éditions Fédérop 2018 a obtenu le prix Kowalski 2018.

SUITE DE LA FORÊT DES SIGNES P3

LA FORÊT DES SIGNES SUITE PAGE 3
CLIQUER ICI

Mercredi 15 Avril 2020
Lu 310 fois

PARCOURS ET PUBLICATIONS | REVUE DE PRESSE | EXTRAITS D' OUVRAGES | TEXT TRANSLATION IN ENGLISCH, SPANISCH... | ARTICLES ET CONFERENCES | EN REVUES ET ANTHOLOGIES | ACTUALITES | INFORMATIONS DU MOIS | ATELIERS | LIBRES PAROLES







Les News








ANTHOLOGIES ET PUBLICATIONS COLLECTIVES

Je prends note
Anthologie poésie
Bipval (Biennale
des poètes en Val
de Marne) 2011
Editions
Action Poétique

Burqa ? essai,
Claude Ber,
Wassyla Tamzali,
Éd. Chèvre-Feuille
Étoilée, 2010

Couleurs Femmes
Anthologie poésie,
Éd. Castor Astral 2010

Et si le rouge
n’existait pas

Anthologie poésie,
Ed. le Temps des
cerises 2010

Voix de l’Autre
essai, Actes du
Colloque Littératures,
Université de
Clermont-Ferrand
Ed. PUF 2010

Que peut la littérature?
Ed. Calliopées 2010

La poésie érotique
française contemporaine

Textes rassemblés par
Giovanni Dotoli,
Ed. Hermann, 2011

Enfances
Anthologie
Printemps des
Poètes 2012
Ed. B. Doucey

cb
22/11/2010